This content is not available in your region

Affaire des emplois fictifs en France : ouverture du procès en appel pour le couple Fillon

Access to the comments Discussion
Par Anne Devineaux  avec AFP
euronews_icons_loading
François et Penelope Fillon arrivent à la cour pour leur procès en appel 15/11/21
François et Penelope Fillon arrivent à la cour pour leur procès en appel 15/11/21   -   Tous droits réservés  THOMAS COEX/AFP or licensors

En première instance, l'ancien Premier ministre français a écopé de cinq ans de prison dont deux ferme, 375 000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité.

Un an et demi après sa condamnation, le couple Fillon est de retour devant la justice pour son procès en appel à Paris. A partir de ce lundi et jusqu'au 30 novembre, la cour va examiner de nouveau l'affaire dite des emplois fictifs qui a entraîné la chute spectaculaire de l'ancien candidat de la droite à la présidentielle française de 2017. Ironie du sort, ce procès se tient à cinq mois de la nouvelle élection du chef de l'Etat et en plein débat pour l'investiture chez les Républicains.

"J'ai décidé de faire appel car je ne me reconnais pas dans le jugement", a déclaré à la barre Mme Fillon, interrogée par la cour. Lors du premier procès, "je me suis sentie ridiculisée, même parfois humiliée, j'étais tétanisée au point de ne pas pouvoir m'exprimer comme je l'aurais voulu. (...) Cette fois-ci, j'aimerais vous convaincre", a-t-elle ajouté. "Je conteste ce jugement", a lâché à son tour François Fillon

En première instance, l'ex-locataire de Matignon avait notamment été condamné pour détournement de fonds publics à cinq ans de prison dont deux ferme, 375 000 euros d'amende et dix ans d'inéligibilité. Pénélope Fillon avait elle écopé de trois ans de prison avec sursis. Selon leur avocat, le couple reste déterminé à faire reconnaître son "innocence".

Le "Pénélope Gate" avait éclaté en janvier 2017 après des révélations du Canard enchaîné. François Fillon, chantre de l'intégrité et favori des sondages avait été mis en examen à six semaines du premier tour de la présidentielle.

Il va une nouvelle fois devoir s'expliquer sur l'emploi de son épouse comme assistante parlementaire entre 1998 et 2013 quand il était député de la Sarthe. Le couple Fillon est aussi jugé pour l'emploi de ses deux enfants en tant qu'assistants de leur père sénateur. L'ancien suppléant de François Fillon comme député, Marc Joulaud est également sur le banc des accusés.

En septembre dernier, la presse a par ailleurs révélé qu'une seconde enquête visant François Fillon avait été ouverte sur les conditions d'emploi d'un autre assistant parlementaire l'écrivain Maël Renouard entre 2013 et 2015. Sur cet autre dossier, les investigations sont toujours en cours.