This content is not available in your region

Cambriolages dans le Bordelais : les criminels aussi aiment les grands vins

Access to the comments Discussion
Par Maxime Biosse Duplan  & AFP
euronews_icons_loading
Les grands vins de Bordeaux attirent de plus en plus de criminels
Les grands vins de Bordeaux attirent de plus en plus de criminels   -   Tous droits réservés  Bob Edme/AP

Dans cet entrepôt, des caisses de grands vins bordelais. la crème de la crème, uniquement des noms prestigieux. Tous sont issus de cambriolages. En quelques années, les vols de grands vins et leur dispersion à l'international, en Chine notamment, sont devenus une activité prisée des réseaux criminels. Une vingtaine de casses ont eu lieu dans le Bordelais depuis 2018 et en début d'année un important réseau de vol et de recel a été démantelé.

Colonel Olivia Poupot, de la gendarmerie de Gironde : "On s’est rendu compte depuis une dizaine d’années que les filières criminelles internationales diversifiaient les activités. Et donc le vin, étant un produit luxe, qui a une valeur marchande et une capacité de revente sur le marché noir importante, ils se sont aussi emparés de ce domaine là."

Trois ans pour une receleuse présumée

Les peines prononcées par le tribunal de Bordeaux pour un casse en septembre 2020 ont été d'un an avec sursis pour un exportateur chinois et jusqu'à trois ans pour la receleuse présumée. Butin estimé du vol : un million d'euros. Huit voleurs s'étaient introduits dans l'entrepôt d'un gros négociant, déjouant les systèmes de détection de présence, et avaient volé 278 caisses de grands crus.

Les producteurs et les négociants ont du s'adapter et travaillent désormais en étroite entente avec  la gendarmerie. Frédéric Mehaye, directeur du Château Sipian (Médoc) : "On a installé des caméras autour des chais, et autour des bâtiments (...) On met des cadenas aussi sur les portails, on garde les portails fermés.

- Ça, c'est quelque chose que vous n'auriez pas fait il y a dix ans ?

- Ah non, à l'époque on ne le faisait pas, il y a dix ans on avait aucun souci".

Une fois trouvé un acheteur peu regardant sur la provenance de la marchandise, il est bien plus facile de lui vendre une caisse de vin qu'un tableau, par exemple. Et l'explosion des prix des grands crus ces dernières années a mis l'eau à la bouche aux criminels.