This content is not available in your region

Trois naufrages de navires de migrants en trois jours dans les eaux grecques

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Trois naufrages de navires de migrants en trois jours dans les eaux grecques
Tous droits réservés  Andriana Soldatou/AP

Seize personnes ont péri vendredi dans le naufrage d'un bateau avec des migrants à bord en mer Egée, quelques heures après un premier naufrage qui avait fait 11 morts, selon les garde-côtes grecs.

Il s'agit du troisième incident de ce genre depuis mercredi.

Les garde-côtes ont récupéré seize corps, dont 12 hommes, trois femmes et un enfant, et réussi à secourir 63 personnes alors que leur bateau qui transportait 80 personnes a fait naufrage près de l'île de Paros.

Plus de 2 500 morts ou disparus en mer entre janvier et novembre

Quelques heures auparavant, 11 corps avaient été récupérés après le naufrage d'un bateau avec une centaine de migrants à bord, échoué jeudi sur un îlot du sud de la Grèce.

Quelque 90 rescapés, parmi lesquels 52 hommes, 11 femmes et 27 enfants ont pu être sauvés et évacués vendredi matin de cet îlot situé au nord de l'île grecque d'Anticythère, a précisé à l'AFP un responsable des garde-côtes grecs.

Le naufrage de jeudi était déjà survenu au lendemain du chavirage d'un canot pneumatique transportant des migrants au large de l'île de Folegandros, également dans le sud de la Grèce, qui a fait au moins trois morts.

Treize personnes - principalement des Irakiens, mais aussi des Syriens et des Egyptiens - ont pu être secourues, mais des dizaines d'autres sont toujours portées disparues, selon les autorités grecques.

Le HCR, l'agence des Nations unies pour les réfugiés, a souligné que le naufrage au large de Folegandros avait été le pire en mer Égée cette année.

"Ce naufrage nous rappelle douloureusement que des personnes continuent à s'embarquer dans des voyages périlleux en quête de sécurité", a réagi Adriano Silvestri, le représentant adjoint du HCR en Grèce.

Le HCR estime que plus de 2 500 personnes sont mortes ou ont disparu en mer en tentant de rejoindre l'Europe entre janvier et novembre.

Près d'un million de personnes, principalement des réfugiés syriens, sont arrivées dans l'UE en 2015 après un périple depuis la Turquie vers les îles grecques proches. 

Les navires des ONG Sea Eye et SOS Méditerranée débarquent en Italie

Deux navires humanitaires qui ont secouru en Méditerranée près de 330 migrants ont été autorisés à débarquer en Sicile, ont annoncé les ONG Sea-Eye et SOS Méditerranée qui affrètent ces bateaux.

Le Sea-Eye 4 a débarqué 214 personnes vendredi dans le port sicilien de Pozzallo. "Tous ont été testés négatifs au coronavirus", a précisé un porte-parole de l'ONG allemande.

Le navire avait secouru 223 personnes dans les eaux sous responsabilité maltaise au cours de quatre opérations les 16 et 17 décembre. Neuf personnes avaient dû être évacuées pour raison médicale en attendant l'assignation d'un port d'accueil.

De son côté, l'Ocean Viking n'avait pas encore débarqué vendredi en fin de journée mais avait obtenu le feu vert pour le faire: "Les autorités maritimes italiennes nous ont informés que nous serions autorisés à débarquer à Trapani, en Sicile", a tweeté l'ONG SOS Méditerranée basée à Marseille, faisant part du "soulagement immense à bord".

Jeudi, elle avait demandé un port sûr où débarquer face aux "signes de fatigue, d'épuisement et d'anxiété" chez les personnes secourues et le "froid et l'humidité permanente" sur le bateau.

L'Ocean Viking, affrété par SOS Méditerranée en partenariat avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), avait porté secours le 16 décembre à 114 personnes dont des mineurs et deux nouveaux-nés qui se trouvaient sur une embarcation pneumatique en détresse dans les eaux internationales au large de la Libye.