L'Equateur, premier pays à mettre en oeuvre la vaccination obligatoire depuis jeudi

Une femme se fait vacciner à Quito en Equateur, premier pays à mettre en œuvre la vaccination obligatoire
Une femme se fait vacciner à Quito en Equateur, premier pays à mettre en œuvre la vaccination obligatoire Tous droits réservés Carlos Noriega/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Autriche avait été la première à l'annoncer pour février : la vaccination obligatoire. L'Equateur lui vole la vedette en devenant le premier pays à l'imposer immédiatement, à partir de 5 ans.

PUBLICITÉ

En Equateur, plus question d'être d'accord ou non : la vaccination est obligatoire pour les plus de cinq ans. Le pays d'Amérique centrale devient le premier à mettre en pratique cette décision, l'Autriche ayant avant lui annoncé l'obligation pour février prochain. Le gouvernement veut ainsi lutter contre Omicron, arguant que la constitution lui permet d'imposer la vaccination. Elle stipule en effet que l'État doit garantir le droit à la santé.

"Cela ne devrait pas être obligatoire, nous devrions être conscients que nous pouvons transmettre à d'autres personnes à cause de l'irresponsabilité des gens", dit une femme.

"Plutôt que d'être obligatoire, je pense que nous, en tant que citoyens, devrions avoir la conscience de venir personnellement nous faire vacciner sans être forcés", ajoute un enseignant venu se faire vacciner.

Les personnes complètement vaccinées représentent 69 % des 17,7 millions d'habitants de l'Equateur, septième pays le plus meurtri d'Amérique latine. Plus de 33 000 décès sont imputés au virus, qui a été détecté sur son territoire en février 2020.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Mongolie, un infirmier parcourt la steppe pour vacciner les habitants isolés

Bulgarie : se faire vacciner contre le Covid-19 dans un bar, c'est possible à Sofia !

En Equateur, les gangs de narcotrafiquants considérés comme des groupes terroristes