This content is not available in your region

République démocratique du Congo : les terroristes islamistes de l'ADF accusés de l'attentat-suicide

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
République démocratique du Congo : les terroristes islamistes de l'ADF accusés de l'attentat-suicide
Tous droits réservés  AP/AP

Un kamikaze a tué au moins sept personnes en faisant exploser sa bombe samedi à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), où les autorités provinciales accusent les rebelles du groupe Forces démocratiques alliées (ADF).

Groupe le plus meurtrier en RDC, les ADF sont aussi accusées par l'Ouganda d'être responsables de récents attentats sur son sol, revendiqués par l'organisation jihadiste Etat islamique, qui présente ce groupe comme "sa province d'Afrique centrale" (Etat islamique en Afrique centrale, ISCAP).

"Le kamikaze, empêché par les vigiles d'accéder au bar bondé de clients, a activé la bombe à l'entrée. Le bilan encore provisoire fait état de six morts, dont le kamikaze, et 13 blessés admis dans les hôpitaux", a écrit le général de brigade Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, dans un communiqué attribuant l'attaque aux ADF.

Quelques minutes après l'explosion, un correspondant de l'AFP avait vu trois corps déchiquetés. La mairie avait appelé les habitants à rentrer chez eux, par crainte d'autres attaques.

Une source de la mairie de Beni a indiqué à l'AFP que parmi les personnes tuées, "il y a deux enfants".

"Parmi les blessés se trouvent les deux bourgmestres adjoints des communes de Mulekera et de Ruwenzori", a-t-elle ajouté, indiquant que "les terroristes ADF aux abois ont actionné leurs cellules dormantes dans la ville de Beni en vue de déclencher des actions contre les paisibles citoyens".

La bombe a explosé à l'intérieur du restaurant "In Box", situé dans le centre de la ville de Beni, où plus d'une trentaine de personnes célébraient Noël, selon deux témoins interrogés par l'AFP.

Des débris de chaises, des tables, des verres et des bouteilles sont éparpillés dans le restaurant, a constaté un correspondant de l'AFP.

"J'étais assis là. Il y avait une moto en stationnement. Subitement, la moto est partie en trombe, puis il y a eu un bruit assourdissant", a témoigné auprès de l'AFP Nicolas Ekila, animateur d'une radio de Beni.

Un véhicule de police a emmené les blessés dans un centre médical proche, qui a immédiatement été fermé au public.

Des milliers de civils tués

Le 27 juin, l'explosion d'une bombe artisanale dans une église catholique a blessé deux femmes. Le même jour, le porteur d'une bombe a été tué dans l'explosion de son engin près d'un bar et non loin d'une mosquée. La veille un autre engin avait explosé non loin d'une station-services, sans faire de dégâts.

Les autorités avaient déjà accusé les rebelles ADF d'être responsables de ces attentats à Beni.

Le Nord-Kivu et l'Ituri sont depuis début mai sous état de siège, une mesure exceptionnelle qui a donné les pleins pouvoirs aux militaires mais qui n'a pas permis, jusqu'à présent, de stopper les exactions des groupes armés.

Dans ces deux provinces de la RDC, les armées congolaise et ougandaise mènent depuis le 30 novembre des opérations militaires conjointes contre des positions des ADF.

Ce groupe est historiquement une coalition rebelle d'origine ougandaise, dont le groupe le plus important était musulman, qui s'opposait au président ougandais Yoweri Museveni.

Mais il s'est établi dans l'est de la RDC en 1995, devenant le plus meurtrier des nombreux groupes rebelles de la région.

La mort de milliers de civils leur est attribuée durant la dernière décennie en RDC, ainsi que des attentats à la bombe dans la capitale ougandaise Kampala.

Les Etats-Unis ont placé le 11 mars les ADF sur leur liste de "groupes terroristes" affiliés aux jihadistes de l'EI.