This content is not available in your region

Qui se cache derrière la présidence française du Conseil de l'UE ?

Access to the comments Discussion
Par Margaux Racaniere  & Valentine Hullin
euronews_icons_loading
Les acteurs clés de la présidence française du Conseil de l'Union européenne
Les acteurs clés de la présidence française du Conseil de l'Union européenne   -   Tous droits réservés  Euronews

Parler d’Europe, de ses institutions, ses rouages, c’est aussi parler de ceux et celles qui font l’Europe. Parmi les visages de l’Union européenne ; l'allemande Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne ou encore le belge Charles Michel, le président du Conseil européen. Toutefois, pour assurer une présidence du Conseil de l’Union européenne, il faut beaucoup de monde.

Pour mieux comprendre cette présidence, Euronews a identifié trois types d’acteurs, dont vous allez sûrement entendre parler pendant ces prochains mois.

Emmanuel Macron au premier plan

Sur le devant de la scène, il y aura bien sûr, le président français, Emmanuel Macron. La présidence française du Conseil de l’Union européenne est une grande opportunité pour se faire voir et pour que l’on parle de lui. D’autant plus qu’il est un président européiste, en pleine année d’élection présidentielle.

« On l'a vu dans la conférence de presse (du 7 décembre 2021, NDLR) », rappelle l'historienne Marion Gaillard, professeure à Sciences Po Paris, spécialiste des questions européennes et des relations franco-allemandes. « On a l'impression qu'il est le chef de l'Europe et le chef de l'Europe pour dix ans alors qu'il est juste un facilitateur de débats pendant six mois. Donc il y a un décalage entre l'ambition qui peut paraître disproportionnée par rapport à la compétence qui sera d'une part celle de la France et de l'autre celle de son président. »

Quel pouvoir a vraiment Emmanuel Macron dans cette présidence ? Il fixe les priorités de la France et sélectionne les dossiers à mettre à l’agenda européen. Lors d’une conférence de presse le 7 décembre dernier, il a notamment évoqué les questions de défense, de souveraineté économique et le contrôle des frontières extérieures de l'Union européenne. Ces dossiers seront ensuite portés par les ministres français auprès de leurs homologues européens.

Les ministres français mobilisés

Cela peut sembler évident mais le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, aura un rôle important à jouer lors de cette présidence.

Tweet de Clément Beaune, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes

Arnauld Leclerc, professeur de science politique de l'Europe à l'Université de Nantes complète : « le ministère des Affaires européennes pour Clément Beaune, c'est un rôle d'articulation, de fluidification du dialogue. La France va être présidente de l'ensemble des conseils des ministres donc il y a un travail non seulement de lien avec les autres ministres mais aussi avec les institutions européennes. »

Le rôle des autres ministres français dépend de l’importance des dossiers dont ils sont chargés. Bruno Le Maire, par exemple, le ministre de l’Économie et des Finances, aura un rôle central dans les discussions sur l’avenir de l’euro.

Les diplomates, des acteurs méconnus

Ces hommes et ces femmes sont souvent très peu connus et agissent en coulisses. Pourtant ils sont essentiels pour faire fonctionner la “machine" de l’Union européenne. Entre la France et Bruxelles, un homme occupe une place stratégique : Philippe Léglise-Costa. Il est le représentant permanent de la France auprès de l’Union depuis quatre ans. Autrement dit, il est l’ambassadeur de la France à Bruxelles. Il connaît à la perfection les institutions européennes et doit s’assurer de la bonne tenue des quelques 2 000 réunions qui vont ponctuer la présidence.

L’Europe près de chez vous

Tout cela peut sembler lointain mais il sera aussi question de cette présidence à l’échelle locale. Des grands appels à projets ont été lancés afin de profiter de cette présidence pour visibiliser l’Union européenne en France. Des universitaires, politiques ou citoyens curieux vont se retrouver ces six prochains mois pour parler d’Europe dans le cadre de conférences, de réunions publiques etc.

Ce n’est pas juste un travail institutionnel des organes gouvernementaux, c'est beaucoup plus large que ça
Arnauld Leclerc, professeur de science politique de l'Europe à l'Université de Nantes

Arnauld Leclerc insiste : « il y aura des événements dans tous les sens avec parfois des politiques qui viendront, d'autant qu'on est en campagne. Mais c'est toute une action de l'ensemble des acteurs de la société qui sont intéressés par les actions européennes. Ce n’est pas juste un travail institutionnel des organes gouvernementaux, c'est beaucoup plus large que ça. »

Au-delà du travail institutionnel, la présidence repose sur des éléments de communication. En un mot, pendant six mois, en France, on va entendre entendre parler d’Europe.