This content is not available in your region

Polémique sur Ibiza : Jean-Michel Blanquer "regrette"

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
A g. : le ministre français de l'Education Jean-Michel Blanquer (Paris, le 12/01/2022) / A dr. : lors de la grève des enseignants (Paris, le 13/01/2022)
A g. : le ministre français de l'Education Jean-Michel Blanquer (Paris, le 12/01/2022) / A dr. : lors de la grève des enseignants (Paris, le 13/01/2022)   -   Tous droits réservés  Thomas Coex/ Pool via AP - AP Photo/Francois Mori

Le ministre français de l'Education Jean-Michel Blanquer a dit ce mardi "regretter la symbolique" de ses vacances à Ibiza, d'où il avait annoncé le protocole sanitaire dans les écoles avant la rentrée de janvier.

"Il se trouve que le lieu que j'ai choisi, j'aurais dû en choisir sans doute un autre. La symbolique, je la regrette", a reconnu le ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, au lendemain de la révélation par Mediapart du fait qu'il se trouvait à Ibiza lorsqu'il a annoncé son protocole controversé, une information confirmée par le ministère.

Le ministre avait auparavant posé trois questions pour sa défense. "Est-ce que j'avais le droit de prendre quelques jours de congé après cette année? Est-ce qu'il y a des réunions ou des éléments que je devais faire pendant cette période que je n'ai pas faits à cause de ça? Non bien sûr", a-t-il dit.

"Et troisièmement, est-ce que les décisions auraient été différentes si j'avais été ailleurs ? Non plus", a-t-il ajouté, avant de poursuivre: "Il y a, je le reconnais, une symbolique".

"Pour le reste, depuis deux ans avec la majorité, avec mes équipes, avec tous les professeurs de France, nous tenons la politique de l'école ouverte. C'est cela qui est l'essentiel, et ne nous perdons pas dans l'accessoire", a-t-il ajouté.

Regrets ou pas, l'affaire ne va pas apaiser la grogne des syndicats d'enseignements, déjà passablement remontés contre ce nouveau protocole pour faire face à la pandémie de Covid-19. Il avait été présenté dans les colonnes du journal le Parisien, le 2 janvier.

Sophie Vénétitay, secrétaire générale du SNES-FSU.

Le ministère de l'Education a indiqué hier soir que Jean-Michel Blanquer avait "travaillé à distance" lors de son séjour sur l'île espagnole et qu'il avait effectivement fait son interview avec le Parisien en visioconférence, ce qui n'a "rien d’extraordinaire", a ajouté la rue de Grenelle.

Le ministre était "dans un cadre privé pour quatre jours de vacances", "qu'il ait été à distance ou pas ne change rien", a ajouté le ministère, rappelant que les ministres sont autorisés à partir en vacances "jusqu'à deux heures en avion de Paris".

Le ministère de l'Education précise que ce nouveau protocole a été validé le dimanche 2 janvier en fin d'après-midi par les différentes instances participant à sa rédaction, ajoutant que si le ministre avait "été là, ça ne serait pas sorti plus tôt".

Le symbole de l'image associée à Ibiza, lieu hautement touristique associé à la fête, a été mis en avant par les syndicats. A l'opposé d'un protocole source d'énormes contraintes pour les acteurs du système éducatif.

La valse des protocoles sanitaires, dont le dernier en date n'a laissé que peu de temps aux écoles pour s'organiser, a provoqué la colère des enseignants, dont une partie s'est mis en grève le 13 janvier, un mouvement largement suivi.

Une nouvelle grève est prévue ce jeudi 20 janvier, plusieurs syndicats d'enseignants estimant n'avoir pas été entendus après la première journée d'action la semaine dernière.