DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : à quel point l'emploi et l'éducation des jeunes ont-ils été perturbés ?

euronews_icons_loading
Covid-19 : à quel point l'emploi et l'éducation des jeunes ont-ils été perturbés ?
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

65% des jeunes étudiants déclarent avoir moins bien appris depuis l'apparition du Covid-19 et un jeune sur six a cessé de travailler, souligne un rapport de l'Organisation internationale du Travail.

Des inégalités exacerbées, un fossé numérique qui augmente, une éducation et un apprentissage perturbés, une arrivée sur le marché du travail compromise... : la pandémie de covid-19 a eu et continuera d'avoir plus d'un effet sur les perspectives de carrière des jeunes, si rien n'est fait. C'est le principal enseignement d'un rapport dévoilé mardi par l'Organisation internationale du Travail (OIT).

Sur 12 000 jeunes interrogés en ligne dans 122 pays, il ressort que 13% n'ont pas eu accès à leurs cours pendant le confinement, que 17 % de ceux qui étaient employés avant la pandémie ne travaillent plus aujourd'hui, et que 17% sont "probablement affectés" par de l'anxiété et de la dépression.

Euronews
Rapport de l'Organisation internationale du TravailEuronews

9% estiment même devoir peut-être abandonner leurs études définitivement. Et la situation est encore pire pour les jeunes qui vivent dans les pays à faible revenu, où il ne leur est pas toujours facile d’avoir accès à Internet et à des équipements

"65% des jeunes étudiants déclarent avoir moins bien appris depuis l'apparition du virus. 51% d'entre eux pensent que leur formation pourrait prendre du retard et 9 % pensent même que leur éducation pourrait être un échec", détaille Susana Puert o Gonzalez, spécialiste de l'emploi des jeunes à l'OIT.

1 jeune sur 6 a cessé de travailler

"En matière d'emploi, le rapport montre qu'un jeune sur six a cessé de travailler depuis le début de la pandémie. Les plus concernés sont les jeunes qui travaillent dans les services, la vente et l'artisanat", ajoute-t-elle.

42% des jeunes interrogés qui ont continué à travailler ont également vu leurs revenus diminuer. En réponse à cette crise, l'Organisation internationale du Travail préconise des réponses politiques à grande échelle et ciblées "pour éviter que la crise n’hypothèque les perspectives d’emploi de toute une génération de jeunes".

"Ces réponses devraient consister entre autres à réintégrer sur le marché du travail les personnes qui ont perdu leur emploi ou subi une réduction de leur temps de travail, et à s’assurer que les jeunes bénéficient des prestations de l’assurance-chômage ainsi que des mesures destinées à stimuler leur santé mentale, que ce soit dans le cadre d’un soutien psychosocial ou d’activités sportives", souligne le rapport.