This content is not available in your region

Allemagne : Friedrich Merz, nouveau président du part conservateur CDU

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Friedrich Merz, juste après son élection à la tête du parti conservateur CDU - Berlin, le 22/01/2022
Friedrich Merz, juste après son élection à la tête du parti conservateur CDU - Berlin, le 22/01/2022   -   Tous droits réservés  HANNIBAL HANSCHKE/AP

Le parti conservateur allemand CDU a élu son nouveau président : il s'agit de Friedrich Merz, cadre de l'Union chrétienne-démocrate, ancien avocat d'affaires et ex-rival d'Angela Merkel.

En Allemagne, le parti conservateur CDU a choisi ce samedi son nouveau président : il s'agit de Friedrich Merz, cadre de l'Union chrétienne-démocrate, ancien avocat d'affaires.

Il a été désigné par les délégués du parti, réunis en Congrès en visio-conférence, décrochant 95% des suffrages. Friedrich Merz était en fait le seul candidat en lice. Et il avait déjà été adoubé par les membres de la CDU en décembre. Son élection ce samedi ne faisait donc aucun doute.

Sa première déclaration a été pour remercier les délégués du parti l'ayant désigné. "Je suis touché par un tel résultat, qui m'engage", a-t-il dit.

Agé de 66 ans, Friedrich Merz avait tenté par deux fois de prendre les rênes du parti. Mais il s'était alors heurté à Angela Merkel.

Leur rivalité remonte au début des années 2000, quand Angela Merkel, alors présidente de la CDU, l'avait écarté du poste stratégique de la présidence du groupe parlementaire.

Le long règne de la chancelière a pris fin cet automne.

Le nouveau président du parti compte renouer avec une ligne plus conservatrice, après les années de centrisme d'Angela Merkel. Il va devoir relancer une formation en crise profonde depuis son échec retentissant aux législatives du 26 septembre.

Cette piètre performance avait poussé le dirigeant sortant et candidat malheureux à la chancellerie Armin Laschet à remettre son mandat en jeu.

Samedi, M. Merz a appelé le parti à resserrer les rangs. "Nous devons être une opposition forte. Nous voulons gagner les élections dans les Länder", a-t-il lancé en référence à plusieurs scrutins régionaux prévus cette année dans le pays.