This content is not available in your region

Portugal : à la veille des législatives, le spectre de l'abstention plane sur le pays

Access to the comments Discussion
Par Sérgio Ferreira de Almeida  & Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Portugal : à la veille des législatives, le spectre de l'abstention plane sur le pays
Tous droits réservés  euronews

Les Portugais sont appelés à élire leurs 230 députés ce dimanche, et si l'issue de cette élection est incertaine, l'abstention pourrait être la grande gagnante de ce scrutin. La pandémie de Covid-19 y est pour quelque chose, mais pas seulement.

Notre envoyé spécial à Lisbonne Sérgio Ferreira de Almeida, a pris la température, à la veille du scrutin.

"Je ne vais pas voter ! Pourquoi ? Parce qu'il y a la pandémie, de nombreux problèmes de santé" déplore un quinquagénaire rencontré dans la rue. "Tous les partis promettent beaucoup de choses, mais pour promettre, ils doivent avoir de l'argent et le Portugal a une très grosse dette. Ça va être compliqué pour chacun des candidats de tenir leurs promesses" souligne-t-il.

51% d'abstention l'an dernier

Il y a un an, lors de l'élection présidentielle, Marcelo Rebelo de Sousa a remporté le scrutin, mais avec une abstention de près de 51 %. Les jeunes sont ceux qui votent le moins, alors les plus âgés, même s'ils sont déçus par la politique, veulent donner l'exemple.

"Certains se sont battus pour ça" indique une femme, qui en profite pour faire passer un message à ses filles : "il faut voter !".

"Je voterai parce que je ne cesserai jamais de voter car c'est un devoir !" lance une autre femme quinqagénaire, sans trop cacher, pour autant, sa résignation : "mais je crois que quel que soit le parti politique qui gagne, il ne pourra rien faire ou presque" indique une autre passante.

Lors des premières élections libres au Portugal après la fin de la dictature en 1975, l'abstention était de 8,5%. Un taux passé à 51,4% lors des dernières élections législatives. Ces chiffres plutôt négatifs, mêlés à la morosité ambiante pourraient s'aggraver dans le contexte actuel de pandémie.