PUBLICITÉ

Dans ce village ukrainien situé à la frontière, la Russie n'est pas vue comme une menace

Une femme âgée du village ukrainien de Strileca marche dans la neige, près de la frontière russe
Une femme âgée du village ukrainien de Strileca marche dans la neige, près de la frontière russe Tous droits réservés Capture d'écran du reportage / via BEVRT
Tous droits réservés Capture d'écran du reportage / via BEVRT
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

🇷🇺🇺🇦 "Il n'y aura pas de guerre, ce sont des inventions". Dans ce village ukrainien situé à la frontière, la Russie n'est pas vue comme une menace.

PUBLICITÉ

Il règne une certaine quiétude dans le village ukrainien de Strileca en ce début de mois de février, et pourtant la localité est située à quelques encablures de la frontière russe, dans l'oblast de Kharkiv.

"Juste là, derrière cette clôture, là où ce bout de terre a été cultivé, il y a la frontière", indique un villageois en langue russe, béret sur la tête pour se protéger du froid.

"Ils disent que la Russie va nous attaquer. Mais nous vivons près de la Russie, et personne ne va nous attaquer ici" dit-il, assurant qu'il y a une volonté d'"agiter les gens".

C'est "incompréhensible" déplore-t-il, soulignant qu'en temps normal, les passages se font normalement de part et d'autre de la frontière.

Les antennes ne captent que les chaînes de télévision russes

À Strileca, tout le monde a des amis ou de la famille en Russie. L'influence de Moscou y est telle, qu'elle se ressent dans les postes de télévision du village.

"Les chaînes ukrainiennes ne sont pas disponibles ici. À la télévision, les Russes disent qu'ils ne vont pas attaquer, et je les crois" affirme un villageois, tout juste la trentaine.

Il n'a bien sûr échappé à personne que des forces militaires ont été déployées par Moscou, mais ici, on est persuadé que le statu quo va continuer.

"Nous avons juste besoin de stabilité et de paix, que les enfants puissent aller à l'école, au terrain de jeux, et qu'il y ait un magasin avec du pain, de la viande et des céréales lance un homme interrogé depuis sa fenêtre. "Il n'y aura pas de guerre. Ce sont des inventions" tempête-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : les troupes russes gagnent du terrain

La nouvelle loi ukrainienne sur la mobilisation est entrée en vigueur

Kharkiv et Odessa visées par des frappes russes, la Crimée occupée ciblée par les Ukrainiens