This content is not available in your region

Amnesty dénonce des viols collectifs par des rebelles dans le conflit du Tigré

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Une femme victime de viol
Une femme victime de viol   -   Tous droits réservés  AP Photo

La guerre dans toute son horreur au Tigré. Les rebelles impliqués dans le conflit qui ravage le nord de l'Ethiopie sont accusés de viols par Amnesty International. Les combattants ont violé collectivement des dizaines de femmes et de mineures dans deux localités de la région Amhara. La guerre commencée au Tigré en novembre 2020 s'est étendue à cette région. Amnesty dit avoir interviewé 30 victimes de viols - certaines âgées de 14 ans. Certaines femmes ont été lacérées de l'intérieur par des fusils à baïonnettes introduits dans leur parties génitales. 

Les habitants dénoncent aussi des exécutions sommaires et de pillages, notamment dans des hôpitaux.

Amnesty avait précédemment fait état de viols de centaines de femmes et de jeunes filles par les soldats éthiopiens et érythréens, qui combattent ensemble les rebelles au Tigré.