Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Le Crédit Suisse accusé d'héberger des fonds d'origine criminelle

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Le Crédit Suisse, numéro deux du secteur bancaire helvétique, est secoué par une série de scandales depuis un an.
Le Crédit Suisse, numéro deux du secteur bancaire helvétique, est secoué par une série de scandales depuis un an.   -   Tous droits réservés  Photo : Steffen Schmidt (Keystone via AP)

Après une année 2021 déjà difficile, le Crédit Suisse se retrouve depuis dimanche soir dans la tourmente, accusé par une enquête internationale, réalisée par plusieurs médias, d'héberger des fonds d'origine criminelle ou illicite, des accusations que la banque "rejette fermement".

Se basant sur les données de plus de 18 000 comptes bancaires hébergés depuis le début des années 1940 et jusque la fin des années 2010, l'Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), consortium regroupant 47 médias parmi lesquels Le Monde, The Guardian, le Miami Herald ou encore La Nación, affirme que l'établissement financier a "hébergé des fonds liés au crime et à la corruption plusieurs décennies durant", selon le quotidien Le Monde.

Et ce "au mépris des règles de vigilance s'imposant aux grandes banques internationales", ajoute le quotidien.

L'OCCRP a pu se baser sur des données remises anonymement il y a un peu plus d'un an au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, concernant des comptes appartenant à 37 000 personnes ou entreprises, pour un montant total de plus de 88 milliards d'euros (plus de 100 milliards de dollars), "dont au moins huit milliards liés à des clients identifiés comme problématiques", assure Le Monde.

Photo : Alexander Astafyev (Sputnik, Government Pool Photo via AP)
Le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev à Moscou (Russie) le 10 février 2022.Photo : Alexander Astafyev (Sputnik, Government Pool Photo via AP)

Les pratiques mises en lumière ont toujours cours

Dans la soirée, le Crédit Suisse a vivement réagi à ces accusations via un communiqué, affirmant que les données étudiées étaient "partielles, inexactes, ou prises hors de tout contexte, entraînant une présentation tendancieuse de la conduite des affaires" par la banque.

"90% des comptes concernés sont aujourd'hui clôturés (sic), dont plus de 60% avant 2015", assure la banque, qui précise par ailleurs "mener l'enquête" concernant la fuite de données.

Pour les médias du consortium cependant, les pratiques mises en lumières ont toujours cours au sein de la banque et impliquent directement l'état-major du Crédit Suisse.

Pire, Le Monde ajoute que plusieurs médias au sein de l'OCCRP, se faisant passer pour des "clients fortunés en quête de discrétion", se sont vu proposer des instruments permettant d'ouvrir un compte anonymement, et même la mise en place de holdings avec prête-noms et trusts, une façon de remplacer les comptes numérotés anonymes, une pratique d'opacification en cours de disparition en Suisse.

Le roi Abdallah II de Jordanie, le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev...

Parmi les personnes recensées dans les données entre les mains de l'OCCRPS, l'immense majorité proviennent de pays en développement : en Afrique, au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique du Sud et les clients domiciliés en Europe occidentale ne représentent que 1 % du total, précise le journal.

Photo : Hassene Dridi (Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.)
Le roi Abdallah II de Jordanie avec le président tunisien Béji Caïd Essebsi, à l'aéroport de Tunis (Tunisie), dimanche 3 février 2019.Photo : Hassene Dridi (Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.)

Apparaissent notamment le roi Abdallah II de Jordanie ou le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev mais également des fonctionnaires de plusieurs pays arabes "qui ont sorti de grosses sommes d'argent de leur pays au moment des printemps arabes", détaille le quotidien.

Des scandales en série depuis un an

Le Crédit Suisse, numéro deux du secteur bancaire helvétique, a été secoué par une série de scandales depuis un an. En mars, la banque a été éclaboussée par la faillite de la société financière Greensill, dans laquelle plus de 8 milliards d'euros (10 milliards de dollars) avaient été engagés par le biais de quatre fonds, puis par l'implosion du fonds américain Archegos qui a coûté plus de 4 milliards d'euros (5 milliards de dollars) à la banque.

En octobre, elle s'était de surcroît vu infliger plus de 417 millions d'euros (475 millions de dollars) de pénalités par les autorités américaines et britanniques pour ses prêts à des entreprises d'Etat au Mozambique, qui s'étaient retrouvées au cœur d'un scandale de corruption.

Son nouveau président, Antonio Horta-Osório, élu fin avril en pleine tourmente, avait lancé une réorganisation des activités de la banque avec pour objectif de remettre la gestion des risques au cœur de la culture de la banque.

Mais ce banquier Portugais, qui s'était forgé une solide réputation pour avoir redressé la banque britannique Lloyds, a lui même été éclaboussé par des révélations de presse en décembre concernant des règles de quarantaine qu'il avait enfreintes. Mi-janvier, il avait donné sa démission, passant la main à Axel Lehmann, un banquier suisse reconnu pour son expertise dans la gestion des risques, qui avait rejoint le conseil d'administration en octobre.