Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Gels des avoirs : la Suisse reprend "intégralement" les sanctions de l'UE contre la Russie

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Le président suisse Ignazio Cassis lors de l'ouverture de la session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, en Suisse, le lundi 28 février
Le président suisse Ignazio Cassis lors de l'ouverture de la session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, en Suisse, le lundi 28 février   -   Tous droits réservés  Fabrice Coffrini/AFP or licensors

La Suisse a décidé de geler les avoirs russes. Le président de la Confédération helvétique, Ignazio Cassis a annoncé que le pays va reprendre "l'intégralité" des sanctions économiques de l'Union européenne, y compris contre le président Vladimir Poutine, et le gel des avoirs.

"Il s'agit d'une mesure de grande ampleur par la Suisse", a dit le président lors d'un point de presse, ajoutant que le Conseil fédéral "fait ce pas avec conviction, de manière réfléchie et sans équivoque".

Si la Russie n'est que le 23ème partenaire commercial de la Suisse, les banques du pays alpin comptent parmi les favorites des grosses fortunes pour placer leur argent.

Ueli Maurer, le ministre des Finances, a souligné que les avoirs des personnalités qui se trouvent sur la liste noire de l'UE "étaient gelés avec effet immédiat".

Pour sa part, la ministre de la Justice, Karin Keller-Sutter a indiqué que cinq oligarques russes ou ukrainiens "très proches de Vladimir Poutine" et avec des liens économiques forts avec la Suisse "étaient immédiatement interdits d'entrer en Suisse". Ces personnes visées – dont la Suisse ne veut pas rendre les noms publics – n'ont pas de permis de résidence en Suisse mais d'importants "liens économiques surtout dans la finance et le négoce de matières premières", a-t-elle ajouté.

Selon les statistiques de la Banque des règlements internationaux, les engagements des banques suisses à l'égard de clients russes se montaient à 23 milliards de dollars au troisième trimestre 2021, dont 21,4 milliards sous la forme de dépôts. Des oligarques russes ont également des intérêts dans de grandes entreprises suisses.

De plus, 80% du négoce de pétrole et de gaz russes se fait en Suisse, selon les estimations citées par la presse helvétique alors que le pays abrite de grandes sociétés de négoce des matières premières telles que Gunvor, Trafigura ou Glencore.