This content is not available in your region

Elles sont les championnes du Qatar

Par Miranda Atty & Scheherazade Gaffoor
euronews_icons_loading
Q365
Q365   -   Tous droits réservés  euronews

Elles sont golfeuses ou pratiquent le ball-trap ou encore l'aviron. Des femmes qataries s'illustrent dans leur sport au plus haut niveau et sont une source d'inspiration pour leurs jeunes compatriotes féminines. Nous avons rencontré plusieurs d'entre elles. Nous découvrons à leurs côtés, ce que cela implique de parvenir au sommet d'une discipline sportive.

Féminiser la pratique du golf

Membre de l'équipe nationale de golf du Qatar depuis 2008, Yasmian Ghanem contribue aux efforts du Qatar pour encourager les talents du golf, en particulier féminins. Elle se rend souvent dans les écoles et universités locales pour inciter les jeunes filles à s'investir dans le golf ou toute pratique sportive qui les passionne. Son QG, le Doha Golf Club s'efforce depuis 1996, d'ouvrir davantage ce sport aux femmes. On y trouve des cours pour débutantes et une section féminine dynamique.

Autre golf de Doha, l'Education City Golf Club a ouvert au public en 2019 et avec 8000 heures d'entraînement par an, il s'efforce lui aussi d'attirer les golfeuses. Ses entraîneurs viennent du monde entier comme l'Américaine Rachel Choi qui apprend aux enfants du club, à perfectionner leur swing. Dans ses cours, elle se félicite d'accueillir autant de filles que de garçons au sein du "Centre d'excellence" de l'établissement.

Une plateforme dédiée au sport féminin

Le Comité du sport féminin du Qatar œuvre à soutenir et à développer les opportunités pour les femmes dans le sport. Sa présidente Lolwa Al Marri a sa vision de l'avenir du sport féminin au Qatar : "Le pays encourage les femmes à faire du sport," dit-elle avant d'ajouter : "Depuis l'annonce par le Qatar de l'accueil de tous ces événements sportifs majeurs en tennis ou encore en athlétisme, on se rend compte que les gens d'ici se passionnent pour le sport."

Le rôle de son comité consiste à travailler avec les fédérations nationales et le Comité olympique du Qatar dont il fait partie à la mise en place d'équipes pour représenter le Qatar et encourager les femmes de tous âges à pratiquer un sport."La première fois que des athlètes féminines ont représenté le Qatar aux Jeux olympiques, c'était en 2012," précise Lolwa Al Marri. "Puis on est allé aux JO de Rio où nous n'avons eu aucune médaille," poursuit-elle. "Alors, bien sûr, on travaille pour en obtenir et on y arrivera, c'est notre rêve et je pense qu'il va se réaliser," assure-t-elle.

euronews
La présidente du Comité du sport féminin du Qatar Lolwa Al Marri nous répond en intervieweuronews

Héroïne de l'athlétisme

Mariam Farid est une star qatarie de l'athlétisme. Alors qu'elle n'avait que 16 ans, elle a fait partie de l'équipe qui a présenté la candidature du Qatar pour accueillir les championnats du monde d'athlétisme.

"Nous devons avoir davantage de femmes compétitrices dans la région pour qu'elles soient une source d'inspiration pour d'autres, mais aussi davantage de femmes qui font ce qu'elles aiment, qui pratiquent un sport et brisent les stéréotypes sur la femme dans la région," souligne-t-elle.

L'aviron, symbole d'égalité hommes-femmes

Tala Abujbara, de son côté, apprécie d'évoluer sur l'eau au grand air. Elle a été la première femme qatarie à disputer des épreuves d'aviron aux Jeux olympiques 2020 à Tokyo.

"L'aviron a probablement fait davantage que d'autres disciplines en termes d'égalité des sexes et d'opportunités pour les femmes dans le sport. Aux Jeux olympiques, par exemple, on avait autant de femmes que d'hommes en compétition," fait-elle remarquer. "L'autre chose que j'aime dans l'aviron, c'est que quand on regarde une course de loin, on ne peut pas dire si ce sont des hommes ou des femmes qui rament, on parcourt exactement les mêmes distances, ce sont les mêmes épreuves, le même équipement, les mêmes tenues et pour moi, c'est quelque chose de très beau et de spécifique à ce sport," estime-t-elle.

Luis Acosta/AFP
Tala Abujbara, rameuse qatarie, a participé aux JO de TokyoLuis Acosta/AFP

Viser le ciel

Reem Al-Sharshani a commencé à pratiquer le ball-trap lorsqu'elle n'avait que 15 ans. Aujourd'hui âgée d'une vingtaine d'années, elle est médaillée de bronze en Coupe du monde dans sa discipline.

La jeune femme fait partie de l'équipe nationale du Qatar et a de grands objectifs pour l'avenir : "Je veux participer aux Jeux olympiques, pour rendre ma famille et mon pays fiers," confie-t-elle avant d'ajouter : "C'est l'un de mes rêves et je veux être un modèle à suivre".