Sanctions contre les oligarques russes : Londres suspend la vente du club de Chelsea

Archive - Roman Abramovich, propriétaire russe du club de football de Chelsea, 2014
Archive - Roman Abramovich, propriétaire russe du club de football de Chelsea, 2014 Tous droits réservés Alastair Grant/AP
Tous droits réservés Alastair Grant/AP
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Roman Abramovich, le propriétaire russe du club de football de Chelsea, est visé par de nouvelles sanctions du gouvernement britannique.

PUBLICITÉ

Roman Abramovich, le propriétaire russe du club de football de Chelsea, est visé par de nouvelles sanctions du gouvernement britannique.

Elles comprennent notamment un gel de ses avoirs, une interdiction d'effectuer des transactions avec des particuliers et des entreprises britanniques ainsi qu'une interdiction de voyager au Royaume-Uni.

Autre sanction, la mise en vente de son club de football, qu'il avait annoncée la semaine dernière, est désormais suspendue, a annoncé ce jeudi le gouvernement britannique. Le milliardaire avait déjà reçu plusieurs offres juteuses de rachat, émanant notamment d'un consortium saoudien.

Six autres oligarques visés

Les sanctions de Londres visent six autres oligarques russes dont Oleg Deripaska, qui a fait fortune dans l’aluminium, ou encore les patrons des géants énergétiques Rosneft et Gazprom ainsi des figures du système bancaire russe.

Pour la cheffe de la diplomatie britannique, les oligarques sont "complices" de l'agression décrétée par Vladimir Poutine en Ukraine, compte tenu de leurs "liens étroits" avec le président russe.

Depuis le 24 février, le Royaume-Uni a déjà sanctionné plus de 200 personnes, entités et filiales les plus importantes de Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Palma de Majorque : le yacht d'un oligarque russe saisi par les autorités espagnoles

Guerre en Ukraine : les troupes russes gagnent du terrain

Kharkiv et Odessa visées par des frappes russes, la Crimée occupée ciblée par les Ukrainiens