This content is not available in your region

Joe Biden déclare aux Polonais que l'article 5 de l'OTAN sur la défense mutuelle est "sacré"

Access to the comments Discussion
Par Camille Pauvarel  & Euronews
euronews_icons_loading
Joe Biden participe à une réunion avec les ministres ukrainiens des affaires étrangères Dmytro Kuleba, et de la défense Oleksii Reznikov, à Varsovie, samedi 26 mars.
Joe Biden participe à une réunion avec les ministres ukrainiens des affaires étrangères Dmytro Kuleba, et de la défense Oleksii Reznikov, à Varsovie, samedi 26 mars.   -   Tous droits réservés  Evan Vucci/The Associated Press

Lors de son déplacement en Pologne, le président américain a voulu rassurer son allié européen, "votre liberté est aussi la notre" a-t-il scandé face à son homologue Andrzej Duda. Avec l'offensive russe en Ukraine, la Pologne craint les ambitions impériales de son voisin.

Joe Biden a réaffirmé qu'il portait une grande important à l'article 5 de l'OTAN qui stipule que si un pays membre de l'organisation est attaqué, les autres membres doivent intervenir. "Les États-Unis, et mes collègues de ce côté-ci de la table m'ont entendu le dire à de nombreuses reprises : nous considérons l'article 5 comme un engagement sacré - un engagement sacré, qui concerne chaque membre de l'OTAN".

Au lendemain de l'annonce des Russes de concentrer leurs opérations militaires sur l'Est de l'Ukraine et la "libération du Donbass", le chef d'Etat américain a indiqué qu'il n'était pas certain du changement de stratégie du Kremlin. Un commentaire fait peu après une rencontre avec des ministres ukrainiens au sujet des nouvelles sanctions décidés jeudi à Bruxelles. "Il est très important non seulement d'imposer des sanctions, mais aussi d’empêcher la Russie de les contourner" a souligné le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba.

Enfin, lors d'un déplacement auprès des réfugiés ukrainiens dans la capitale polonaise, le président américain a qualifié Vladimir Poutine de "boucher". La Pologne est très impactée par la guerre, d'après l'ONU, sur les 3,7 millions de réfugiés ayant quitter le pays, plus de 2 millions se trouvent sur son sol.