Des cinémas polonais diffusent des films en ukrainien

Des films en ukrainien dans les cinémas polonais
Des films en ukrainien dans les cinémas polonais Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une cinquantaine de cinémas polonais a décidé de doubler ses films en ukrainien pour les réfugiés. Au Portugal, l'accueil des enfants se fait à travers la lecture.

PUBLICITÉ

Un semblant de normalité, quand son quotidien n'existe plus... C'est ce que propose aux réfugiés ukrainiens les cinémas Helios, en Pologne. Depuis un mois, une cinquantaine de salles diffusent des films doublés en Ukrainien pour divertir les familles.

Ce samedi, au cinéma de Przemysl, un film d'animation est diffusé. Une trentaine de personnes assistent à la séance. Un nombre habitual, comme l'explique (Agnieszka Szmigielska, la manager du cinéma Helios : "l__e nombre de gens qui viennent voir ces films est stable, entre 20 et 30 par jour. Avant, au tout début du conflit, ils étaient plus nombreux. Maintenant ça se stabilise mais nous continuons notre travail de projeter ces films en ukrainien dans notre cinéma."

Au Portugal, c'est par les livres que l'on facilite l'accueil des petits réfugiés : l'autrice et et la traductrice de O Camião das Histórias, un recueil d'histoires pour enfants, font la lecture pour donner aux enfants un premier contact avec le portugais. Les parents ukrainiens sont très contents de cette initiative.

Selon le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies, 4.2 millions de réfugiés ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l'invasion russe. C'est le plus grand flux de réfugiés en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale. 90% des réfugiés sont des femmes et des enfants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les forces russes opèrent un "retrait rapide" des régions de Kyiv et Tcherniguiv

Ukraine : plus de 3 000 personnes ont fui la région de Marioupol

Viktor Orbán dit non à l'immigration, à affirmation de genre et à la guerre