Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Poutine veut réorienter les exportations énergétiques russes de l'Europe vers l'Asie

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Vladimir Poutine lors d'une réunion sur les énergies, le 14 avril 2022, Moscou, Russie
Vladimir Poutine lors d'une réunion sur les énergies, le 14 avril 2022, Moscou, Russie   -   Tous droits réservés  Mikhail Klimentyev/Sputnik

Si la Russie commence à ressentir les effets des sanctions occidentales, notamment dans le secteur des hydrocarbures, le pays souhaite amorcer une réorientation de ses exportations énergétiques, vers l'Asie.

Vladimir Poutine a appelé mercredi à développer ces nouveaux débouchés, au moment où les Européens envisagent d'élargir leurs sanctions contre les hydrocarbures de Moscou.

Cap sur les marchés à forte croissance

"Des opportunités, des options et des occasions alternatives s'ouvrent à nous. En ce qui concerne le pétrole, le gaz et le charbon russe, nous allons pouvoir augmenter leur consommation sur le marché intérieur (...) et accroître la livraison de ressources énergétiques aux autres régions du monde qui en ont vraiment besoin", a-t-il déclaré lors d'un discours consacré à l'Arctique russe.

"À cause des actions de pays inamicaux, des chaînes de transports et de logistique ont été perturbées (...) Cela crée bien entendu des difficultés pour nous, mais nous avons les ressources et les opportunités pour trouver rapidement des solutions alternatives", a-t-il affirmé.

"Les pays européens parlent sans cesse d'arrêter les livraisons russes - et donc de déstabiliser davantage le marché et de faire grimper les prix pour leurs propres citoyens" a-t-il ajouté.  

L'UE tarde à s'accorder sur un embargo sur le gaz russe

Vladimir Poutine n'a pas précisé à quels pays il pensait, mais la Chine, dont l'appétit en hydrocarbures ne cesse de grandir, est frontalière de la Russie.

Ces déclarations interviennent au moment où l'Union européenne envisage de renforcer ses sanctions contre les secteurs énergétiques russes en réaction à l'intervention militaire de Moscou et Ukraine.

Un embargo éventuel sur le gaz russe fait l'objet d'âpres discussions entre les États membres de l'UE, l'Allemagne étant l'un des principaux opposants à un arrêt immédiat de ces importations dont elle est très dépendante.

L'UE, les Etats-Unis et le Japon ont annoncé un embargo sur le charbon russe et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a indiqué qu'elle proposerait l'objectif d'une indépendance de l'UE envers les énergies fossiles russes d'ici à 2027.