This content is not available in your region

Moscou frappe une nouvelle usine militaire près de Kyiv

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Image extraite d'une vidéo fournie par la présidence ukrainienne. Volodymyr Zelenskyy s'exprime depuis Kiev, vendredi 15 avril 2022.
Image extraite d'une vidéo fournie par la présidence ukrainienne. Volodymyr Zelenskyy s'exprime depuis Kiev, vendredi 15 avril 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Ukrainian Presidential Press Office via AP

La Russie a bombardé samedi une nouvelle usine militaire près de Kyiv, mettant à exécution sa menace d'intensifier les frappes contre la capitale ukrainienne après avoir perdu le vaisseau amiral de sa flotte de la mer Noire dans une attaque revendiquée par l'Ukraine.

L'usine, qui fabrique notamment des tanks, a été visée en matinée par un bombardement à Darnytsky, a constaté un journaliste de l'AFP. Un grand nombre de militaires et de policiers étaient présents sur place, empêchant l'accès au complexe, d'où s'échappait de la fumée.

Le ministère russe de la Défense a affirmé que la frappe avait "détruit des bâtiments de production d'une usine d'armement à Kyiv".

Déjà vendredi, une usine de la région de Kyiv fabriquant les missiles antinavires Neptune, avec lesquels les Ukrainiens disent avoir tiré sur le navire Moskva en mer Noire, avait été visée par une frappe russe.

La région de la capitale était relativement épargnée par les bombardements depuis le retrait de l'armée russe de cette zone fin mars.

Mais le naufrage du Moskva, croiseur lance-missiles de 186 mètres de longueur, touché par deux missiles ukrainiens selon le Pentagone, a provoqué la colère de Moscou.

"Le nombre et l'ampleur des frappes de missiles sur des sites de Kyiv vont augmenter en réplique à toutes les attaques de type terroriste et aux sabotages effectués en territoire russe par le régime nationaliste de Kyiv", a averti vendredi le ministère russe de la Défense.

La Russie "ne pardonnera pas"

La Russie n'a pas officiellement reconnu que le fleuron de sa flotte de la mer Noire avait été coulé par des missiles ukrainiens, comme l'a revendiqué Kyiv et l'estime le Pentagone.

"Nous sommes parfaitement conscients qu'on ne nous pardonnera pas" la destruction du Moskva et donc ce coup porté aux "ambitions impériales" de Moscou, avait affirmé vendredi la porte-parole du commandement militaire du sud de l'Ukraine, Natalia Goumeniouk.

La perte du Moskva est importante car il "assurait la couverture aérienne des autres vaisseaux pendant leurs opérations, notamment le bombardement de la côte et les manœuvres de débarquement", selon le porte-parole de l'administration militaire régionale d'Odessa Sergueï Bratchouk.

Kyiv redoute une attaque nucléaire

Alors que la guerre, qui en est à son 52ème jour, ne semble pas faiblir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a jugé vendredi que "le monde entier" devrait être "inquiet" du risque que son homologue russe Vladimir Poutine, acculé par ses revers militaires en Ukraine, ait recours à une arme nucléaire tactique.

Il faisait écho aux déclarations en ce sens du patron du renseignement extérieur américain William Burns qui avait estimé la veille qu'il ne fallait pas "prendre à la légère" une telle menace.

Dans une interview à la chaîne CNN, il a affirmé que "tous les pays doivent être inquiets".

Selon M. Zelensky, environ 2 500 à 3 000 soldats ukrainiens sont morts au cours de la guerre, alors que la Russie déplorerait d'après lui 19 000 à 20 000 victimes. Le président ukrainien a ajouté qu'environ 10 000 soldats ukrainiens ont été blessés et qu'il est "difficile de dire combien d'entre eux survivront."

Dans un message vidéo, M. Zelensky a par ailleurs renouvelé son appel à l'adresse des Occidentaux pour augmenter leur aide militaire.

Lors d'un échange téléphonique avec le chef d'état-major des armées américaines Mark Milley, son homologue ukrainien Valery Zaluzhny a lui aussi insisté sur le besoin impérieux en armes et en munitions pour renforcer les capacités de défense de l'Ukraine.

Mais selon le Washington Post, la Russie a adressé cette semaine aux Etats-Unis une plainte formelle avertissant Washington de "conséquences imprévisibles" si son aide militaire à l'Ukraine continuait d'augmenter.

Dans une note diplomatique, Moscou met en garde les Etats-Unis et l'Otan contre l'envoi d'armes "plus sensibles" à l'Ukraine, jugeant que de tels équipements militaires mettaient de l'"huile sur le feu" et pourraient provoquer des "conséquences imprévisibles", a rapporté le Washington Post.

Dans ce contexte, Berlin a annoncé vendredi être prêt à débloquer plus d'un milliard d'euros d'aide militaire en faveur de l'Ukraine.

Le gouvernement allemand cherche ainsi à répondre aux critiques croissantes des autorités ukrainiennes, mais aussi de certains de ses partenaires de l'Union européenne concernant son manque apparent de soutien en matière d'armement à Kyiv, voire sa complaisance à l'égard de Moscou.