This content is not available in your region

Suède : nouvelle manifestation contre l'extrême droite

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Des manifestants ont mis le feu à un fourgon de police à Örebro, en Suède, vendredi 15 avril 2022.
Des manifestants ont mis le feu à un fourgon de police à Örebro, en Suède, vendredi 15 avril 2022.   -   Tous droits réservés  Photo : Kicki Nilsson/TT via AP

Des manifestants dénonçant l'intention d'un groupuscule d'extrême droite de brûler un Coran à Örebro dans le centre de la Suède s'en sont pris à la police vendredi, faisant selon les autorités au moins neuf blessés parmi les forces de l'ordre.

La manifestation, qui rassemblait quelque 200 personnes selon les médias locaux, a été dispersée en début de soirée.

C'est le deuxième jour consécutif qu'un incident de ce type se produit en marge d'un rassemblement du mouvement anti-immigration et anti-Islam "Ligne dure" dirigé par le Dano-Suédois Rasmus Paludan, qui organise actuellement une tournée en Suède en ciblant des quartiers à forte communauté musulmane.

A chacun de ses rassemblements, avec quelques sympathisants seulement, il brûle un Coran, ou s'essaie à l'autodafé.

A Örebro, sa manifestation s'est tenue dans un parc à proximité du centre-ville et non pas dans le quartier initialement envisagé.

Jeudi, des troubles avaient éclaté en fin d'après-midi à Linköping, faisant trois blessés parmi les policiers.

La cheffe du gouvernement a condamné ces débordements et les attaques contre les forces de l'ordre.

"En Suède, les gens sont autorisés à exprimer leurs opinions, qu'elles soient de bon ou de mauvais goût, cela fait partie de notre démocratie. Peu importe ce que vous pensez, vous ne devez jamais recourir à la violence. Nous ne l'accepterons jamais", a dit Magdalena Andersson à l'agence de presse TT.

"C'est exactement le genre de réactions violentes qu'il (Rasmus Paludan, ndlr) veut voir. Le but même est d'inciter les gens à s'opposer les uns aux autres", a-t-elle ajouté.

M. Paludan a provoqué des incidents à plusieurs reprises ces dernières années. En novembre 2020, il avait été arrêté en France puis expulsé. Cinq autres militants avaient été arrêtés en Belgique peu après, accusés d'avoir voulu "propager la haine" en brûlant un Coran à Bruxelles.