This content is not available in your region

Kyiv bombardée en pleine visite du chef de l'ONU

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
La capitale ukrainienne a été bombardée ce jeudi
La capitale ukrainienne a été bombardée ce jeudi   -   Tous droits réservés  Emilio Morenatti/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Kyiv a été bombardée ce jeudi en pleine visite du secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres dans la capitale ukrainienne. Des missiles ont frappé deux bâtiments, dont un immeuble résidentiel. D'après les services de secours, dix personnes ont été blessées.

Le président ukrainien évoque une "attaque barbare haineuse" menée par cinq missiles. Dans une vidéo publiée sur Telegram, Volodymyr Zelensky estime que "cela en dit long sur les efforts des dirigeants russes pour humilier l'ONU et tout ce qu'elle représente".

Cela en dit long sur la véritable attitude de la Russie envers les institutions internationales, sur les efforts des dirigeants russes pour humilier l'ONU et tout ce que l'organisation représente
Volodymyr Zelensky
président ukrainien

Antonio Guterres a été mis en sécurité après les bombardements ; il venait de terminer sa conférence de presse commune avec M. Zelensky. Il a relativisé la portée symbolique de sa présence dans la ville : "Je ne pense pas que le fait que le secrétaire général soit ou non dans la capitale ukrainienne soit important. Ce qui compte, c’est qu’une attaque a eu lieu et cela m’a choqué parce que Kyiv est une ville sacrée à la fois pour les Ukrainiens et les Russes" a-t-il expliqué. 

Juste avant le bombardement, Antonio Guterres a reconnu l'échec du Conseil de sécurité des Nations Unies à empêcher et mettre fin à la guerre. Il est également revenu sur la situation à Marioupol, qu'il qualifie de "crise dans la crise" et a expliqué que l'ONU mettait tout en oeuvre pour réussir à évacuer le millier de civils réfugiés dans le l'aciérie assiégée Azovstal.

Une aide militaire massive des Américains

Le Président américain Joe Biden a réclamé au Congrès 31 milliards d'euros supplémentaires pour l'Ukraine. Plus de la moitié sera consacrée à l'aide militaire, le reste étant réparti entre l'aide économique et l'aide humanitaire.

Ce montant considérable reflète la volonté de Washington de soutenir Kyiv, à tous prix : "Le coût de ce combat ne sera pas faible mais céder devant l’agression sera plus coûteux si on la laisse se dérouler", justifie Joe Biden.

Début mars, le Congrès avait déjà voté une aide d'environ dix milliards d'euros à l'Ukraine.