This content is not available in your region

Ukraine : des civils toujours coincés à Marioupol

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec agences
euronews_icons_loading
Ukraine
Ukraine   -   Tous droits réservés  AP/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Marioupol n'est plus qu'une ville fantôme. Pilonné par l'armée russe depuis le début de la guerre, ce port stratégique du sud-est de l'Ukraine serait détruit à 90% selon les autorités ukrainiennes.

Mais au moins 100 000 civils y seraient encore coincés. Un millier d'entre eux sont retranchés dans les galeries souterraines du complexe métallurgique d'Azovstal, dernier bastion encore aux mains des combattants ukrainiens. Leur évacuation est toujours impossible. Sans couloir humanitaire, leur sécurité n'est pas garantie. La Russie avait pourtant annoncé un accord en ce sens, cessez-le feu à l'appui. Une information aussitôt démentie par Kiev.

Dans le centre-ouest de l'Ukraine, des missiles russes se sont abattus sur des installations ferroviaires dans la région de Vinnystia, entièrement contrôlée par l'Ukraine et loin derrière les lignes de front. Bilan : au moins cinq personnes tuées et 18 autres blessées selon les autorités locales.

Samedi, la ville portuaire d'Odessa a été frappée par plusieurs missiles russes faisant au moins huit morts. L'un d'eux a touché un immeuble résidentiel, tuant un bébé de trois mois, sa mère et sa grand-mère. Le président Zelensky a promis de trouver les responsables.

A Zaporijia, dans l'est de l'Ukraine, pas question de faciliter la tâche aux forces russes. L'armée ukrainienne creuse des tranchées pour renforcer ses lignes de défense et repousser une offensive.

"C'est vraiment nécessaire car l'ennemi est insidieux. Nous ne savons pas quelles seront les actions suivantes de l'ennemi, et nous devons préparer la ville pour la défense" explique le Colonel Ivan Arefyev, porte-parole de l'administration militaire régionale.

Il n'existe aucun bilan global des victimes civiles. Rien qu'à Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent de 20 000 morts, en raison des combats mais aussi de l'absence de nourriture, d'eau et d'électricité.

Les enquêteurs ont rassemblé ces derniers jours plus de 1 000 corps de civils dans des rues, des cours ou des sépultures improvisées dans les environs de la capitale ukrainienne Kiev.

Au total, 300 000 Ukrainiens ont été évacués par des couloirs humanitaires depuis le début des hostilités.

Sur le plan militaire, le président Volodymyr Zelensky a déclaré qu'environ 2 500 à 3 000 soldats ukrainiens avaient été tués depuis le début du conflit et quelque 10000 blessés.