La 12e édition de "L'état de l'Union" se poursuit à Florence

La présidente du Parlement européen Roberta Metsola lors de sa rencontre avec le président ukrainien à Kyiv, en Ukraine, vendredi 1er avril 2022.
La présidente du Parlement européen Roberta Metsola lors de sa rencontre avec le président ukrainien à Kyiv, en Ukraine, vendredi 1er avril 2022. Tous droits réservés Photo : Ukrainian Presidential Press Office (via AP)
Tous droits réservés Photo : Ukrainian Presidential Press Office (via AP)
Par Giorgia Orlandi
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

De nombreuses personnalités ont fait le déplacement en Italie pour débattre des défis sans précédent auxquels l'Europe est confrontée.

PUBLICITÉ

Avec la pandémie de Covid-19 et désormais la guerre en Ukraine, jamais l'Union européenne n'a été autant mise à l'épreuve depuis sa création.

A Florence, en Italie, la douzième édition de "L'état du l'Union" se poursuit. De nombreuses personnalités ont fait le déplacement pour débattre des défis sans précédent auxquels l'Europe est confrontée.

"Ces derniers jours sont les plus importants : l'unité doit continuer et se prolonger. Si nous ne le faisons pas alors nous n'aurons pas seulement laissé tomber une population courageuse qui se bat pour l'Europe, pour son intégrité territoriale, pour sa souveraineté et contre l'attaque et l'invasion brutale de la Russie, mais nous aurons aussi échoué en tant que dirigeants politiques", a déclaré Roberta Metsola, présidente du Parlement européen.

L'État de droit, les migrations et la crise climatique sont quelques-uns des principaux thèmes abordés lors de la première journée de discussions, tout comme la guerre en Ukraine et la politique énergétique de l'Union européenne.

"Ensemble, nous sommes plus forts. Nous pouvons avoir de meilleures conditions comme pour la question des vaccins", souligne la vice-Première ministre belge Petra de Sutter. "L'Europe a montré qu'elle pouvait le faire et acheter des vaccins de manière coordonnée. Peut-être que nous pouvons également le faire dans le domaine de l'énergie mais ce sera l'étape suivante de demander aux États membres de renoncer à une partie de leur souveraineté", a-t-elle ajouté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des milliers d'agriculteurs italiens manifestent pour la protection du Made in Italy

Italie : Giorgia Meloni dévoile son plan pour promouvoir le développement de l'Afrique

L'Italie s'apprête à accueillir un sommet avec l'Afrique