Vladimir Poutine présente ses excuses à Israël

Le ministre russe des Affaires étrangères a été recadré par Vladimir Poutine
Le ministre russe des Affaires étrangères a été recadré par Vladimir Poutine Tous droits réservés Maxim Shipenkov/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Président russe a dû revenir sur les mensonges de son ministre des Affaires étrangères, selon lequel "Hitler avait des origines juives". Lavrov espérait ainsi justifier ce que Moscou nomme la "dénazification" de l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Le président russe Vladimir Poutine a présenté jeudi ses excuses au Premier ministre israélien Naftali Bennett pour les propos de Sergueï Lavrov tenus lors d'une interview donnée le 1er mai à la télévision italienne.

Le chef de la diplomatie russe était interrogé sur la fragilité de la justification de l'invasion en Ukraine, selon laquelle il fallait "dénazifier" le pays. Comment prétendre que le gouvernement est nazi alors que le Président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est juif ? "Je peux me tromper, mais je crois qu'Hitler aussi avait des origines juives" a répondu Sergueï Lavrov, avant d'expliquer que de nombreux actes antisémites étaient commis par les juifs eux-mêmes. 

Ce mensonge avait provoqué de vives réactions en Israël. 

Vladimir Poutine est donc revenu sur les propos de son ministre lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett et il lui a présenté ses excuses. "Le Premier ministre a accepté les excuses du président Poutine pour les remarques de Lavrov et l'a remercié d'avoir mis au clair son attitude concernant le peuple juif et la mémoire de l'Holocauste", ont indiqué ses services.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères avait dans un tweet exigé des excuses publiques "devant les juifs du monde entier". 

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères exige des excuses publiques de la Russie

L'exécutif israélien est le seul gouvernement occidental à ne pas prendre très clairement le parti des Ukrainiens dans la guerre. Moscou souhait probablement ménager ce pays et le maintenir dans sa neutralité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'utilisation d'armes nucléaires dans la guerre en Ukraine serait "inacceptable"

Macron et Modi appellent à une "cessation immédiate des hostilités" en Ukraine

Russie : des dizaines de personnes arrêtées après les funérailles d'Alexeï Navalny