This content is not available in your region

Irak : l'agriculture est en crise, et la guerre en Ukraine n'arrange rien

Access to the comments Discussion
Par Euronews & AFP
euronews_icons_loading
Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.   -   Tous droits réservés  Nabil al-Jurani

Des sécheresses de plus en plus fréquentes, des tempêtes de sable plus nombreuses, et le prix du carburant qui augmente à cause de la guerre en Ukraine : pour les agriculteurs en Irak, la situation est critique.

Kamel Hamed a récolté cette année moitié moins de blé que ce qu'il avait pu produire l'année dernière : 

"En ce moment, ma famille et moi ne savons pas comment continuer à vivre. Je n'ai pas d'emploi ni de salaire. Où puis-je aller ? L'État ne nous aide pas avec le problème de l'eau. Nous avons une sécheresse et nous ne pourrons probablement pas planter l'année prochaine. Nous ne pourrons rien planter l'année prochaine si les choses ne changent pas".

La guerre en Ukraine a fait "grimper le prix des huiles pour moteur et des graines à haut rendement", explique Kamel. 

Mais ce sont les 41 millions d'Irakiens qui ressentent quotidiennement les conséquences des pénuries d'eau et du réchauffement climatique : désertification, tempêtes de sable à répétition, chute des précipitations et baisse du niveau des fleuves.

A Bagdad, on prévoit que la récolte au niveau national n'atteindra pas trois millions de tonnes de blé cette année. Il faudra importer, reconnaît le gouvernement.