This content is not available in your region

La Finlande va demander à adhérer à l'Otan (officiel)

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
AP Photo
AP Photo   -   Tous droits réservés  Michael Sohn/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

La Finlande va demander à adhérer à l'Otan. L'annonce est tombée alors qu'une réunion informelle de l'OTAN se poursuit à Berlin. 

L'opinion publique a basculé avec la guerre en Ukraine, les Finlandais sont très largement favorables à devenir membre de l'Alliance.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dans un premier temps exprimé des réticences à l'élargissement l'OTAN.

Son ministre des Affaires étrangères précise aujourd'hui que des négociations sont possibles.

Mevlut Cavusoglu, ministre turc des Affaires étrangères : "Voilà pourquoi la grande majorité du peuple turc est contre l'adhésion des pays qui soutiennent les organisations terroristes du PKK et des YPG. La majorité turque nous demande de bloquer cette adhésion. Mais ce sont des questions dont nous devons parler bien sûr avec nos alliés de l'OTAN ainsi qu'avec ces pays que vous venez de mentionner."

La Finlande est un pays partenaire de l'OTAN, ses forces armées sont déjà en grande partie intégrées à l'Alliance et, en cas de consensus, son adhésion serait en principe rapidement validée.

Le chef de la diplomatie finlandaise espère trouver un accord avec Ankara.

J'ai appelé hier mon cher collègue le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu, pour faire baisser les tensions, nous allons nous parler aujourd'hui, je suis certain que nous trouverons une solution.
Pekka Haavisto
ministre finlandais des Affaires étrangères

Pekka Haavisto, ministre finlandais des Affaires étrangères : "J'ai appelé hier mon cher collègue le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu, pour faire baisser les tensions, nous allons nous parler aujourd'hui, je suis certain que nous trouverons une solution."

Avec l'invasion russe de l'Ukraine, l'opinion publique en faveur d'une adhésion à l'OTAN a également bondi en Suède où le parti social-démocrate au pouvoir pourrait décider d'abandonner sa ligne historique anti-adhésion.