This content is not available in your region

Les Occidentaux veulent inciter le Bélarus à faire transiter le blé ukrainien sur son territoire

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Le président Loukachenko
Le président Loukachenko   -   Tous droits réservés  AP Photo/Markus Schreiber

La guerre en Ukraine n'est pas seulement avec des armes létales, c'est aussi la guerre de la faim et des privations. Les difficultés de transport des céréales ukrainiennes vont faire basculer une partie du monde dans la famine. Washington et les Nations unies veulent inciter le Bélarus à laisser passer les acheminements sur son territoire. Pour inciter le dirigeant bélarusse Loukachenko, les autorités étudient la possibilité d'une levée des sanctions de six mois sur l'industrie des engrais, ont déclaré des responsables américains ."

Pour l'ONU, malgré la guerre, il faut réintégrer dans les marchés mondiaux les productions de la Russie et la Biélorussie. 

Impensable pour l'opposante Svetlana Tikhanovskaïa : 

"Notre plan maintenant est d'épuiser le régime autant que possible avec la reconnaissance de l'isolement politique et économique. Et d'autre part, de soutenir le peuple bélarusse : les médias, la société civile, les organisations et les initiatives qui luttent contre le régime. "

Notre objectif est donc de faire en sorte que Loukachenko mette fin à la violence dans notre pays, libère tous les prisonniers politiques et entame un dialogue avec le peuple bélarusse  et non avec les pays occidentaux."

 la Russie et son allié le Bélarus sont les numéros deux et trois mondiaux de la production de potasse, un ingrédient clé des engrais. Une pénurie ou des sanctions mettent en danger les productions agricoles de nombreux pays, alors que par ailleurs, 22 millions de tonnes de céréales sont bloquées dans des silos en Ukraine. Des denrées qui pourraient sauver des vies si elles sont distribuées. Plus de 500 000 personnes vivent dans des conditions de famine dans le monde : une augmentation de plus de 500% depuis 2016.