EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

"N'allez pas plus loin, il y a des frappes" : sur le front sud en Ukraine, le danger est permanent

Anelise Borges sur le front sud
Anelise Borges sur le front sud Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Anelise Borges
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Les soldats russes utilisaient cette école comme base. Maintenant que les troupes ukrainiennes ont repris cette zone, les Russes continuent de la bombarder." Récit sur le front sud de l'Ukraine de notre envoyée spéciale Anelise Borges.

PUBLICITÉ

 Euronews a reçu des images de bombardements sur le front sud de l'Ukraine, que les troupes ukrainiennes décrivent comme des "victoires quotidiennes", preuves que les efforts de guerre de Kiev portent leurs fruits.

 Mais le coût pour les infrastructures locales a été élevé. Nous voyageons en voiture accompagnés d'un soldat ukrainien, et nous sommes stoppés à un pont, qui menait à une base russe plus au sud. Il a été détruit il y a deux mois.

 Nous sommes escortés vers l'est, dans un territoire récemment repris par les soldats ukrainiens, qui disent que cette zone est plus sûre maintenant.

 Mais en chemin, nous rencontrons une famille qui a finalement décidé de partir.

 Evgenia est une habitante de Pervomaiska. "Nous avons été la cible de frappes. Notre grange, notre cuisine d'été, et notre garage... Le foin a pris feu. Mon mari et moi avons été blessés, moi au genou. J'ai été projetée à environ 2 mètres. Le sous-sol était plein de fumée. Nous ne pouvions pas rester là... Nous n'avons plus rien. Ce que nous pouvions prendre avec nous, nous l'avons pris. Et nous partons".

Evgenia nous recommande de ne pas aller plus loin : "Il y a des frappes."

 Mais nous décidons d'aller plus loin, vers le prochain village. Au loin, des volutes de fumée.

Alors que les soldats russes tirent des obus au nord et au sud de notre position.  

Un homme à vélo s'approche de notre voiture.

 "Bonjour. Quelle est la situation ici aujourd'hui ?", demande le soldat qui nous accompagne.

 L'homme à vélo nous raconte : "ils nous ont eus. c'est là-bas, près du magasin. Ils ont frappé là-bas aujourd'hui. Ils ont frappé l'école. Mais je ne l'ai pas vue."

 Nous apercevons la frappe d'aujourd'hui, les restes d'une bombe à fragmentation au bord de la route.

 Nous arrivons devant un grand bâtiment endommagé par un bombardement.

 Les soldats russes utilisaient cet endroit comme base. Maintenant que les troupes ukrainiennes ont repris cette zone, les Russes continuent de la bombarder. 

Nous nous précipitons à l'intérieur pour voir ce que les soldats russes ont laissé derrière eux.

 Dans un salle, des casques militaires abandonnés... Les vestiges russes suggèrent que l'équipement militaire à la disposition des soldats est  vétuste.

Le site est à nouveau la cible d'une frappe alors que nous nous y trouvons.

 Nous décidons alors que nous ne pouvons pas aller plus loin aujourd'hui, et quittons les lieux à toutes jambes, les frappes peuvent arriver à tout moment.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Volodymyr Zelensky à Davos : "N'attendez pas que la Russie utilise des armes spéciales"

Guerre en Ukraine : à Lyssytchansk, les fidèles continuent de prier sous les églises bombardées

"J'avais peur à chaque seconde", une Ukrainienne se souvient de sa vie sous l'occupation russe