EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Butterfly Vision" : un film sur le parcours d'une ukrainienne dans l'enfer de la guerre

Le réalisateur Maksym Nakonechnyi, au centre, avec Rita Burkovska et Lyubomyr Valivots lors de la séance de photos pour "Butterfly Vision" à Cannes, mercredi 25 mai 2022.
Le réalisateur Maksym Nakonechnyi, au centre, avec Rita Burkovska et Lyubomyr Valivots lors de la séance de photos pour "Butterfly Vision" à Cannes, mercredi 25 mai 2022. Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Daniel Cole/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Chris BurnsCamille Pauvarel
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Présenté au festival de Cannes, ce film a été réalisé par le jeune réalisateur ukrainien, Maksym Nakonechnyi.

PUBLICITÉ

Même au festival de Cannes, la guerre en Ukraine n'est jamais loin. Dans "Butterfly Vision", le jeune réalisateur Maksym Nakonechnyi raconte l'histoire d'une femme, prise au piège d'une guerre en Ukraine qui s'éternise. Elle s'appelle Lilia, c'est une ancienne prisonnière de guerre qui souffre de stress post-traumatique. En captivité, la jeune femme a été violée et elle en est tombée enceinte. On la surnomme Butterfly pour avoir piloté des drones militaires avant son arrestation.

"Nous sommes allés sur la ligne de front et c'est une expérience qui a changé ma vie", raconte l'actrice principale, Rita Burkovsk, Parce que lorsque vous expérimentez ce genre de peur pour votre vie, tout change. C'est vraiment différent de ressentir ce genre de peur".

C'est en réalisant un documentaire (Invisible Battalion, ndrl) sur le conflit dans le Donbass entre pro-russes et soldats de l'armée ukrainienne qui dure déjà depuis 2014, que Maxsim Nakonechnyi a eu l'idée de ce film.Il est aujourd'hui en lice pour le prix de la caméra d'or de Cannes.

_"Il se trouve que l'une des protagonistes du documentaire, Invisible Battalion, est réellement en captivité. Elle s'appelle Julia Payevska, nom de code Tayra. Elle était volontaire paramédicale. Etant donné qu'elle était volontaire, elle ne devrait pas être traitée comme un prisonnière de guerre. _Nous appelons à sa libération immédiate.", explique Maxsym Nakonechnyi.

Le film mêle cinéma-vérité et réseaux sociaux avec un montage rythmé et rapide. Le personnage de Lila est inspiré de plusieurs témoignages de femmes ayant servi dans les forces ukrainiennes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les pro-Kremlin privés de Festival de Cannes, mais pas de boycott total pour les cinéastes russes

Emmanuel Macron va-t-il annoncer l'envoi d'instructeurs français en Ukraine ?

Un homme de nationalité russe et ukrainienne arrêté à Roissy, soupçonné de préparer un attentat