This content is not available in your region

Vitali Klitschko estime que 80 millions d'euros sont nécessaires pour Kyiv

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AP
euronews_icons_loading
Le maire de Kyiv et notre envoyé spécial, Jack Parrock
Le maire de Kyiv et notre envoyé spécial, Jack Parrock   -   Tous droits réservés  euronews

Le maire de Kyiv s'est dit reconnaissant de recevoir des appels de dirigeants de villes du monde entier, qui promettent leur soutien à la reconstruction de la capitale ukrainienne. S'exprimant ce jeudi devant la presse, Vitali Klitschko a déclaré que ce soutien était important, mais que "tout d'abord, pour l'instant, nous devons arrêter la guerre. Et après cela, nous devons reconstruire toutes les infrastructures qui ont été détruites (par) les agresseurs".

Selon lui, 300 immeubles ont été détruits à Kyiv, dont 220 tours d'habitation. D'après Vitali Klitschko, la "principale priorité jusqu'à la saison d'hiver est de reconstruire ces bâtiments et de fournir des services aux personnes qui sont actuellement sans abri". Pour cela, il estime qu'environ 80 millions d'euros sont nécessaires.

"Brutalité de la guerre russe"

"Vladimir Poutine ne gagnera pas la guerre". C'est ce qu'a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz, dans son discours lors de la dernière journée de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos. 

"Il a déjà échoué à atteindre tous ses objectifs stratégiques", a estimé Olaf Scholz, ajoutant "une prise de toute l'Ukraine par la Russie semble plus éloignée aujourd'hui qu'au début de la guerre. Plus que jamais, l'Ukraine met l'accent sur son avenir européen".

En outre, le chancelier a déclaré jeudi que la "brutalité de la guerre russe" a incité deux États à se rapprocher de l'OTAN. "Avec la Suède et la Finlande, deux amis et partenaires proches veulent rejoindre l'alliance nord-atlantique. Ils sont les bienvenus !" a déclaré le chancelier.

Pour Olaf Scholz, Vladimir Poutine a également sous-estimé l'unité et la force avec lesquelles le G7, l'OTAN et l'Union européenne avaient répondu à son agression.