This content is not available in your region

OTAN : efforts diplomatiques autour de l'adhésion de la Finlande et de la Suède

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Délégations finlandaise et suédoise en visite à Ankara, en Turquie, pour discuter de l'adhésion des deux pays à l'OTAN.
Délégations finlandaise et suédoise en visite à Ankara, en Turquie, pour discuter de l'adhésion des deux pays à l'OTAN.   -   Tous droits réservés  AP/Turkish Presidency

Le veto de la Turquie bloque pour l’instant l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN. Les efforts diplomatiques se multiplient pour tenter de trouver un consensus alors la Turquie reproche notamment aux deux pays une trop grande complaisance avec l’organisation kurde du PKK, considérée par une grande partie de la communauté internationale comme terroriste.

Efforts diplomatiques

"La Finlande et la Suède travaillent directement avec la Turquie pour répondre à certaines des préoccupations qu'elle a soulevées, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, en visite à Helsinki. Nous parlons également à la Turquie. J'ai vu le ministre turc des Affaires étrangères à New York il y a environ une semaine et ces conversations se poursuivent. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il y a une très forte volonté au sein de l'OTAN d’intégrer de la Finlande et de la Suède, et je reste confiant dans notre capacité à faire en sorte que les choses avancent rapidement avec les deux pays."

La Suède prudente

Des délégations suédoise et finlandaises se sont rendues à Ankara cette semaine. Mais en Suède, à quatre mois des élections législatives, certaines voix appellent à ne pas céder aux exigences turques.

La Turquie a publié lundi une liste de ses exigences auprès de Stockholm, qui comprennent notamment des extraditions de personnes considérées par les autorités turques comme des "terroristes" proches de son ennemi juré du PKK et de ses alliés des YPG en Syrie.

Parmi les personnes visées figurent aussi, selon les médias turcs, des journalistes accusés par Ankara d'être proches du mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, accusé d'avoir ourdi une tentative de coup d'Etat de 2016.