This content is not available in your region

OTAN : L'opération annuelle BALTOPS renforcée cette année

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
L'opération Baltops 2022 débute à Stockholm
L'opération Baltops 2022 débute à Stockholm   -   Tous droits réservés  AFP

En attendant leur adhésion à l'OTAN, la Suède et la Finlande ont demandé une présence militaire renforcée en mer baltique. L'opération annuelle BALTOPS sera donc renforcée cette année.

L'OTAN et ses alliés ont lancé en mer Baltique l'opération Baltops 2022. Un exercice annuel organisé par le commandant des forces navales des Etats-Unis en Europe.

En attendant une possible adhésion à l'OTAN, la Finlande et la Suède ont sollicité une présence militaire américaine renforcée dans ce secteur, en raison de la guerre en Ukraine. Dans ce contexte, l'opération sera plus conséquente cette année.

Le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, a rencontré vendredi à Helsinki le président finlandais Sauli Niinistö, pour témoigner du soutien des Etats-Unis à l'adhésion de la Finlande et la Suède à l'Otan, pour le moment bloquée par la Turquie.

"Il est clair que d'un point de vue militaire, la Finlande et la Suède, si leurs candidatures sont approuvées, renforceront nettement les capacités militaires de l'Otan", a déclaré le général Milley aux journalistes l'accompagnant dans sa tournée.

Le plus haut gradé américain a précisé être venu "discuter de la voie à suivre pour leur adhésion à l'Otan et des opérations, activités, exercices, etc. que nous, Etats-Unis, en tant que pays-membre de l'Otan, pouvons effectuer pour les soutenir afin d'améliorer notre niveau de préparation et notre interopérabilité".

Le général Milley est attendu samedi 4 juin en Suède, autre pays nordique que la guerre en Ukraine a conduit à renoncer à des décennies de non-alignement pour demander son entrée dans l**'Alliance Atlantique.**

Si l'armée finlandaise ne compte que 13 000 professionnels, le pays de 5,5 millions d'habitants qui partage quelque 1300 km de frontière avec la Russie, affiche un nombre impressionnant de 900 000 réservistes avec une armée en temps de guerre capable d'atteindre 280 000 soldats.

La Suède de son côté possède une armée de métier de 25 000 personnes, auxquelles s'ajoutent quelque 30.000 réservistes. Mais elle a comme la Finlande un accès à la mer Baltique qui pourrait ainsi devenir un "lac Otan", en dehors des eaux russes au large de l'enclave russe de Kaliningrad et de Saint-Pétersbourg.

"Ces deux armées sont d'ores et déjà compatibles avec l'Otan", a souligné le général Milley. "Leurs soldats parlent tous très très bien anglais. Leurs tactiques, techniques et procédures sont fondamentalement compatibles avec l'Otan".

Mais ces deux candidatures se heurtent à l'opposition d'Ankara qui reproche à la Finlande et la Suède d'héberger des "terroristes" du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et leurs alliés.

Manoeuvres militaires renforcées

Les deux pays cherchent des assurances de sécurité avant l'adhésion formelle qui leur garantira un soutien inconditionnel des alliés en vertu de l'Article V du traité fondateur de l'Otan, un processus de plusieurs mois que l'opposition d'Ankara risque de prolonger.

En l'absence de garantie de sécurité formelle, les deux pays ont demandé une présence militaire américaine renforcée en mer Baltique et dans le nord de l'Europe.

Mais signe que les Etats-Unis s'efforcent encore de limiter les risques d'élargissement du conflit en Ukraine à d'autres pays européens, le général Milley est resté prudent sur les moyens que Washington entend déployer pour dissuader Moscou de toute velléité agressive contre les deux pays avant leur adhésion formelle à l'Otan.