This content is not available in your region

Des combats de rue : les forces russes affrontent les soldats ukrainiens dans Severodonetsk

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Dans les ruines de Severedonetsk
Dans les ruines de Severedonetsk   -   Tous droits réservés  AP Photo

Des combats de rue, quartier par quartier. Les forces russes affrontent les soldats ukrainiens dans le centre de Severodonetsk, une des villes-clé du Donbass encore sous contrôle ukrainien. Mais l'armée de Kiev est en difficulté, la ville est sous un déluge de bombes. Le Kremlin affirme que la ville est presque entièrement sous le contrôle des séparatistes. Côté ukrainien on rapporte que la ville est en ruine et que des milliers de personnes ont été chassées de chez elles.

C'est dans cette zone qu'a été tué hier le journaliste de BFMTV Frédéric Leclerc-Imhoff. Ce reporter français suivait une évacuation de civils au moment du drame. La version est contestée par les séparatistes de la milice populaire de la République populaire de Lougansk, alors qu'aucun élément n'atteste cette version.  

Le gouverneur de la région affirme que les routes sont trop "dangereuse" pour permettre l'évacuation des civils et le transport d'aide humanitaire.

Le Kremlin semble accélérer son avancée dans le Donbass, car l'arrivée des armes occidentales en Ukraine pourrait rendre cela impossible.

Washington recule sur l'envoi de missiles à longue portée

Dans un apparent revers pour l'Ukraine, le président américain Joe Biden revient sur l'envoi de roquettes à longue portée MLRS, réclamé par Kiev pour se défendre.

"Nous n'allons pas envoyer à l'Ukraine des systèmes de lance-roquettes qui peuvent frapper en Russie", a déclaré Joe Biden lors d'un déplacement. 

Le système MLRS peut tirer plusieurs dizaines de roquettes en quelques minutes, avec rechargement automatique. Ces lance-roquettes permettent l’envoi de roquettes à une distance de maximum 80 km mais peuvent aussi transporter des "missiles sol-sol", qui ont une portée de 150 km à 300 km.

 Pendant ce temps, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, affirme que ce que le Kremlin appelle " la libération de la région du Donbass" reste une "priorité inconditionnelle" pour Moscou.