This content is not available in your region

Brésil : suite des recherches pour retrouver le journaliste britannique et l'anthropologue brésilien

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
recherches en cours pour retrouver les deux disparus - photo du 07/06/2022 fournie par les autorités militaires brésiliennes
recherches en cours pour retrouver les deux disparus - photo du 07/06/2022 fournie par les autorités militaires brésiliennes   -   Tous droits réservés  Amazon Military Command / AFP

Dans le nord-ouest du Brésil, les recherches se poursuivent pour retrouver le journaliste britannique, Dom Phillips, et le spécialiste des peuples autochtones Bruno Araújo Pereira.
Les deux hommes faisaient des recherches sur les trafics illégaux et l'augmentation des violences armées envers les populations autochtones de la vallée de Javari, une région isolée de l'Amazonas près de la frontière avec le Pérou et l'Argentine. Ils ont disparu dimanche dernier en remontant le fleuve Itaguaí.

Une réaction trop tardive des autorités ?

Pour le moment, la police "n'exclut aucune piste", précise Alexandre Eduardo Fontes, chef de la police fédérale de l'État d'Amazonas. "Nous avons devant nous deux volets d’investigation : la recherche de personnes disparues d'un côté, et la possible commission d'un crime de l'autre."

Dom Phillips était une voix respectée pour ses nombreux reportages dénonçant les occupations illégales et les crimes commis en Amazonie, publiés dans plusieurs journaux dont The Guardian et The New York Times
À ses côtés, Bruno Araújo Pereira est un des plus grands spécialistes des peuples indigènes au Brésil.
Tous deux avaient reçu des menaces de mort avant leur expédition.

À l’annonce de leur disparition, le gouvernement local a été pointé du doigt pour leur réaction trop lente, et le manque de moyens mis en place à la recherche. Un retard justifié par la complexité du terrain, selon Marcelo Xavier, le chef de l'agence gouvernementale brésilienne FUNAI: "Nous devons comprendre que la Vallée de Javari est approximativement de la taille du Portugal, et que c'est une région très inhospitalière. C'est très compliqué lorsque deux personnes seules décident d’aller dans cette zone indigène sans aucune communication officielle avec les organes de sécurité."

Plusieurs interpellations et un premier suspect

Depuis le début de l’enquête, six personnes ont été interrogées, et un homme placé en détention. Considéré comme le principal suspect, le quadragénaire a été arrêté en possession illégale d’une arme à feu. Plusieurs témoins l'auraient aperçu près du bateau utilisé par Dom Phillips et Bruno Araújo Pereira sur le fleuve Itaguaí, pour rencontrer les populations autochtones. Mais aucune preuve tangible n'est venue corroborer ces affirmations pour le moment.

Au total, 250 officiers participent aux recherches, y compris des experts en opérations dans la jungle envoyés par l’armée et des plongeurs de sauvetage formés pour travailler dans des eaux troubles, soutenus par deux hélicoptères, trois drones et 16 bateaux.

La pression monte également sur le gouvernement du président Jair Bolsonaro, qui est accusé de négliger la protection des populations autochtones, et de tolérer la présence de groupes armés dans la région.