Après le carnage de Krementchouk, Moscou assure que c'est l'Occident qui prolonge les souffrances

Le centre commercial détruit à Krementchouk en Ukraine près de Kyiv , le 28 juin 2022
Le centre commercial détruit à Krementchouk en Ukraine près de Kyiv , le 28 juin 2022 Tous droits réservés Efrem Lukatsky / AP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les habitants de la ville ukrainienne de Krementchouk voisins du centre commercial "Amstor", où une frappe russe lundi a fait une vingtaine de morts et des dizaines de blessés et de disparus, rejettent la version de l'armée russe qui affirme avoir frappé un entrepôt militaire voisin.

PUBLICITÉ

 50 à 60 personnes sont toujours portées disparues dans le centre commercial de Krementchouk après le tir de missile russe qui a fait au moins 20 morts et une soixantaine de blessés lundi. A 200 km de la ligne de front, le bâtiment s'est embrasé, mais Daria, vendeuse dans une bijouterie, a pu s'échapper avant :

"Il y a eu la sirène qui annonce le raid aérien, alors on a commencé à courir vers la sortie arrière et puis trois minutes plus tard, il y a eu l'explosion, on avait du verre partout dans nos cheveux, sur nos vêtements. Il y avait aussi de la fumée, c'était effrayant."

 L'Ukraine a accusé la Russie de terrorisme d'État et a exposé à la presse les restes du missile, qui mesurerait 11 mètres de long et pèserait plus de 5 tonnes.

 Denis Monastyrsky, le ministre ukrainien de l'Intérieur, l'assure : "Non, il n'y avait rien de militaire dans l'usine. Non."

 Moscou nie avoir tiré sur le centre commercial. Selon Serguei Lavrov, le chef de la diplomatie russe, tout cela est la faute de l'Occident : 

"Un dépôt où arrivaient des armes et des munitions américaines et européennes a été bombardé. Suite à la détonation des munitions, le centre commercial vide situé à proximité a pris feu. Je dis cela parce que plus il y a d'armes qui sont fournies et conçues pour prolonger le conflit, plus sera prolongée la souffrance des civils"

Mais les riverains nient la présence d'armes dans le quartier. Les journalistes visitent bien une usine d'engins de chantier voisine, annoncée par Moscou comme étant la cible, mais elle est indemne, et il n'y a pas d'armes à l'intérieur. Dans le Donbass, au moins huit personnes sont mortes et 21 ont été blessées dans un bombardement russe à Lyssytchansk. Les soldats ukrainiens tentent de freiner l'avancée lente mais dévastatrice des troupes russes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : 19 morts dans des frappes près d'Odessa

Ukraine : Volodymyr Zelensky demande une commission d'enquête de l'ONU pour Krementchouk

La guerre en Ukraine, les cartes en main, le 19 février 2024