This content is not available in your region

Variole du singe : "Il n'y a pas de vaccin pour tout le monde" (OMS)

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
vaccination
vaccination   -   Tous droits réservés  AP

Alors que l'épidémie de variole du singe progresse, l'OMS avertit qu'il n'y a pas de vaccins pour tout le monde. L'organisation recommande donc de donner la priorité à ceux qui sont le plus à risque comme les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels et ceux qui soignent la maladie ou font de la recherche.

"Il est important de souligner que la vaccination ne protège pas instantanément contre l'infection ou la maladie et cela peut prendre plusieurs semaines ", a mis en garde Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS. Une fois vacciné il faut donc continuer à prendre des précautions.

"Cette épidémie peut être stoppée, si les pays, les communautés et les individus s'informent, prennent les risques au sérieux et adoptent les mesures nécessaires pour arrêter la transmission et protéger les groupes vulnérables", explique Dr Tedros. 

L'organisation souligne qu'il serait bon d'éviter les erreurs commises dans la gestion de la pandémie de Covid-19, quand les pays riches se sont accaparé quasiment tous les vaccins disponibles pendant de long mois, et de partager équitablement les doses disponibles.

Un seul vaccin efficace

Actuellement, un seul vaccin antivariolique a été approuvé par l'Union européenne contre la variole du singe. Mais la disponibilité de ce vaccin produit le laboratoire danois Bavarian Nordic n'est pas immédiate. La plupart des 16 millions de doses sont en vrac et il faudra "plusieurs mois" pour qu'elles soient disponibles dans des fioles prêtes à l'usage.

La vaccination s'effectue avec deux doses, espacées d'au moins 28 jours. Pour les personnes vaccinées contre la variole dans leur enfance, une dose suffit. Pour les immunodéprimés une troisième dose est conseillée.

Selon l'Institut Pasteur, ce vaccin serait efficace à 85% contre le virus.

En-dehors des zones endémiques en Afrique, plus de 18 000 cas de variole du singe ont été détectés dans le monde depuis début mai. La maladie a été signalée dans 78 pays jusque-là et 70% des cas sont concentrés en Europe.