This content is not available in your region

Afghanistan : des écoles secrètes pour les filles

Access to the comments Discussion
Par Klervi Dalibot  avec AFP
euronews_icons_loading
Des salles de classe clandestines accueillent chaque jour des jeunes femmes afghanes. Depuis le retour des Talibans au pouvoir il y a un an, les filles sont privées d'école.
Des salles de classe clandestines accueillent chaque jour des jeunes femmes afghanes. Depuis le retour des Talibans au pouvoir il y a un an, les filles sont privées d'école.   -   Tous droits réservés  AFP

La prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan, il y a un an, a privé des centaines de milliers de filles et de jeunes femmes de toute chance d'éducation. Mais la résistance s'organise et des salles de classe clandestines ont vu le jour.

Quand apprendre devient un crime, la jeunesse s’organise.

La prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan, il y a un an, a privé des centaines de milliers de filles d'enseignement. 

Mais leur soif d’apprendre ne s’est pas tarie. Et des écoles secrètes ont vu le jour.

Nafeesa* y étudie chaque après-midi. Son frère taliban lui permet de se rendre dans une madrasa le matin pour y suivre des cours de religion. Mais ne se doute pas qu'elle se rend ensuite dans une salle de classe clandestine.

Je vais tous les jours à l'école islamique, la madrasa, donc je peux répondre aux questions de mon frère. Je m'y rends le matin et je viens ici l'après-midi. Je fais tout pour qu'il n'ait aucun soupçon. Si je n'allais pas à la madrasa, il pourrait me poser des questions et si je ne pouvais pas y répondre, il se rendrait compte que je lui cache quelque chose
Nafeesa* (le prénom a été modifié)
Elève d'une école clandestine

Chaque jour, pour éviter de se faire remarquer, elle et ses camarades empruntent des itinéraires différents et cachent livres et cahiers sous leur burqa.

Si elles croisent le chemin d'un taliban, elles prétendent se rendre à un atelier de couture.

Des risques importants que prennent également les enseignantes de cette école secrète.

Pour cette professeure, il en va de l'avenir des femmes du pays.

Je ne voulais tout simplement pas que ces filles soient comme moi. Elles devraient avoir un meilleur avenir. J'ai été fiancée à 12 ans. Et aujourd'hui, beaucoup de filles mineures sont obligées elles aussi de se marier. J'ai beaucoup lutté pour obtenir une éducation, je ne veux pas qu'elles aient elles aussi à le faire.
Tamkin* (le prénom a été modifié)
Enseignante dans une école clandestine

Rien dans l'islam ne justifie l'interdiction de l'enseignement pour les filles.

Les Talibans maintiennent que les cours seront autorisés à reprendre.

Mais ils pourraient être limités à l'éducation religieuse ou à des cours "pratiques" comme la cuisine et la couture.