This content is not available in your region

La Corée du Sud propose un plan d'aide à la Corée du nord en échange de la dénucléarisation

Access to the comments Discussion
Par Klervi Dalibot  avec AFP
euronews_icons_loading
Le Président sud-coréen Yook Suk-Yeol à Séoul le 15 août 2022
Le Président sud-coréen Yook Suk-Yeol à Séoul le 15 août 2022   -   Tous droits réservés  Ahn Young-joon/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Alors que les tensions sont au plus haut avec la Corée du Nord, le président sud-coréen a proposé lundi un plan d'aide à Pyongyang  en échange de la dénucléarisation.

A l'occasion d'un discours marquant l'anniversaire de la fin de la domination coloniale japonaise en 1945, le dirigeant sud-coréen Yoon Suk-Yeol a avancé une proposition d'aide à la Corée du Nord, en échange d'un programme de dénucléarisation.

L'aide de Séoul comprendrait de la nourriture et de l'énergie ainsi qu'une aide à la modernisation des infrastructures, routes, ports et aéroports. 

Ce plan audacieux améliorera considérablement l'économie de la Corée du Nord et le niveau de vie de sa population, si le Nord cesse de développer son programme nucléaire et s'engage dans un processus authentique et substantiel de dénucléarisation
Yoon Suk-Yeol
Président de la Corée du Sud

Cette proposition intervient alors que les tensions entre les sœurs ennemies sont de plus en plus vives.

La semaine dernière, la sœur de Kim Jung Un a menacé d'"anéantir" les autorités de Séoul, tenant la Corée du Sud comme responsable de la propagation du Covid-19 dans le pays.

Le dirigeant Nord-coréen avait quant à lui déclaré en juillet que son pays était "prêt à mobiliser" sa capacité nucléaire en cas de guerre avec les États-Unis ou la Corée du Sud.

Pour les spécialistes de la région, la proposition de Séoul a de très faibles chances d’aboutir.

Une large part du PIB de la Corée du Nord est investi dans des programmes d'armement et Pyongyang a déjà fait savoir que le pays n'y renoncerait pas. 

La Corée du Nord a mené une série record de tests d'armement cette année, avec notamment le tir d'un missile balistique intercontinental à pleine portée, une première depuis 2017.

Washington et la Corée du Sud ont averti à plusieurs reprises ces derniers mois que le Nord se préparait à effectuer un nouvel essai nucléaire, qui serait le septième de son histoire.