This content is not available in your region

Des combattants de l'usine Azovstal racontent leur détention par les forces russes

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews
euronews_icons_loading
Des combattants ukrainiens de l'usine Azovstal évacués, près d'une prison d'Olyonivka sous contrôle séparatiste pro-russe, le 17 mai 2022
Des combattants ukrainiens de l'usine Azovstal évacués, près d'une prison d'Olyonivka sous contrôle séparatiste pro-russe, le 17 mai 2022   -   Tous droits réservés  Alexei Alexandrov/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

C'est un lieu devenu le symbole de la résistance ukrainienne. Pendant des semaines, les combattants ont tenu face aux assauts russes, dans l'enceinte de l'usine Azovstal de Marioupol, un dédale de tunnels, et de souterrains.

Les soldats ukrainiens ont finalement dû se rendre à la mi-mai, certains de ceux qui ont été capturés racontent leur détention, après avoir été libérés dans le cadre d'un échange de prisonniers.

"On nous mettait dehors et on nous déshabillait pour la soi-disant "fouille", on nous obligeait à nous accroupir, et si l'un de nous levait la tête, ils commençaient immédiatement à le frapper" se souvient Denis Shipurok, combattant du régiment Azov, surnommé "Mango".

"J'ai ressenti ces coups pendant les interrogatoires. Ils me frappaient et voulaient me faire signer toutes sortes de déclarations".

"La pression était principalement psychologique. Parce que la Russie ne permettait aucun contact avec nos proches, aucun contact du tout avec le monde qui nous entoure" explique Vladislav Zhavoronok, dit "Wikipedia", lui aussi combattant du régiment Azov.

"Avec leur pression psychologique, ils faisent en sorte que nous pensions que personne ne se souciait de nous".

Si certains soldats ont été libérés, d'autres sont toujours détenus par les forces russes. Beaucoup étaient membres du régiment ultranationaliste Azov, que Moscou a désigné comme terroriste. La Russie préparerait des procès pour ces prisonniers de guerre, ce qui a été condamné par Kyiv.