Rachat d'ITA Airways : l'offre de Certares et Air France retenue

Fabio Lazzerini, PDG de la compagnie nationale ITA, pose avec le président Alfredo Altavilla pendant la présentation à Rome, le 15 octobre 2021.
Fabio Lazzerini, PDG de la compagnie nationale ITA, pose avec le président Alfredo Altavilla pendant la présentation à Rome, le 15 octobre 2021. Tous droits réservés Roberto Monaldo/LaPresse
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministère italien de l'Economie a annoncé avoir retenu l'offre du fonds d'investissement américain Certares, associé à Air France-KLM et Delta Air Lines, pour le rachat de la compagnie publique ITA Airways en vue de l'ouverture de négociations exclusives.

PUBLICITÉ

L'Italie a retenu l'offre associée à Air France-KLM et Delta Air Lines pour le rachat de ITA Airways, anciennement Alitalia. 

Cette annonce surprise constitue un revers pour l'armateur italo-suisse MSC et son allié allemand Lufthansa, qui étaient considérés jusqu'ici comme favoris dans la course au rachat du successeur d'Alitalia.

L'offre retenue "a été jugée la plus conforme aux objectifs fixés" par l'Etat, qui détient 100% de la compagnie, indique le ministère dans un communiqué, sans dévoiler le montant de la proposition.

"A l'issue des négociations exclusives, des accords contraignants ne seront signés que si leur contenu est pleinement satisfaisant pour l'actionnaire public", souligne le ministère.

Selon le quotidien Il Messaggero, le fonds Certares, spécialisé dans le tourisme, a proposé le rachat de près de 56% d'ITA pour environ 600 millions d'euros. L'Etat italien conserverait ainsi une part de 44% et disposerait de deux sièges sur les cinq que comptera le futur conseil d'administration de la compagnie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Italie fait ses adieux à Alitalia

La Commission européenne dénonce deux prêts "illégaux" à Alitalia

Le biocarburant arrive dans l'aérien : effet d'annonce ou réelle transition ?