L'Ukraine accuse à nouveau la Russie d'avoir eu recours à des bombes au phosphore

Une maison et voiture détruites à Bezruky dans la région de Kharkiv, en Ukraine le 4 septembre 2022.
Une maison et voiture détruites à Bezruky dans la région de Kharkiv, en Ukraine le 4 septembre 2022. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les autorités locales d'une ville dans la région de Kharkiv en Ukraine accusent les forces russes d'avoir fait usage de munitions au phosphore blanc, des armes interdites contre les populations civiles.

PUBLICITÉ

L'armée ukrainienne accuse la Russie d'avoir à nouveau eu recours à des bombes au phosphore blanc. L'utilisation de ces armes contre les populations civiles est interdite par une convention internationale signée en 1997  par les deux belligérants.

Selon les autorités locales, ces bombes auraient notamment été larguées sur le village de Bezruky, dans la région de Kharkiv où seize maisons ont été détruites dans la nuit de samedi 3 au dimanche 4 septembre. "Ces trois derniers jours, les forces d'occupation se sont déchaînées, indique Vyacheslav Zadorenko, représentant local de la commune de Derhachi, Elles ont tiré beaucoup d'obus sur des villes, elles n'en avaient pas tiré autant depuis les premiers jours de la guerre. Ce qui impressionne, c'est que cette nuit, l'ennemi a utilisé des munitions au phosphore blanc sur les infrastructures civiles". Bien que selon les représentants régionaux, 1,000 personnes vivent encore à Bezruky, ces attaques n'ont fait aucune victime, la plupart des résidents ayant déjà fui les lieux. 

D'après l'Ukraine, la Russie a plusieurs fois utilisé ces armes pouvant provoquer des brûlures très graves. En mars dernier, le maire d'Irpin, dans la banlieue de de Kyiv a dénoncé leur utilisation sur sa ville. Aucune enquête internationale n'a pour le moment confirmé ces accusations.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : le chef de l'AIEA de retour du site nucléaire de Zaporijjia

Près de la ligne de front, les villageois attendaient avec impatience la contre-offensive

No comment : des missiles russes frappent Tchernihiv en Ukraine, faisant 17 morts