This content is not available in your region

Ukraine : le chef de l'AIEA de retour du site nucléaire de Zaporijjia

Access to the comments Discussion
Par rédaction d'Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Le chef de l'AIEA, Rafael Grossi
Le chef de l'AIEA, Rafael Grossi   -   Tous droits réservés  Theresa Wey/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Au lendemain de sa visite à la centrale de Zaporijjia, le chef de l'AIEA était de retour à Vienne en ce vendredi, au siège de l'Organisation internationale de l'énergie atomique. Il a défendu l'intérêt de cette mission périlleuse. "La différence entre le fait d'être sur place ou non, c'est le jour et la nuit", a déclaré Rafael Grossi.

"Mes préoccupations portent sur l'intégrité physique de la centrale, son alimentation électrique et bien sûr le personnel. Il y a d'autres choses sur lesquels nous pouvons travailler : le système de radiation, les chaînes d'approvisionnement, tout cela est très important mais à un degré moindre", a t-il aussi déclaré.

Un groupe d'inspecteurs va rester sur place quelques jours de plus. L'AIEA espère même pouvoir établir une présence permanente sur le site.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui critiqué le fait que l'organisation n'ait pas exigé la démilitarisation du site occupé par l'armée russe depuis mars.

De son côté, le Kremlin a jugé "très positif" la visite de l'AIEA. Et le ministre de la défense russe Sergueï Choïgou affirme que son pays fait tout pour garantir la sécurité du site et accuse Kiev de mettre en péril la centrale.

Que peuvent faire les experts de l'AIEA sur place ? La réponse d'Olli Heinonenun, ancien expert de l'organisation. "La seule chose qu'ils peuvent faire est de rapporter les faits dont ils sont témoins sur le site. Nous espérons que cela permettra à la communauté internationale d'avoir une meilleure idée de ce qui se passe. Et si quelque chose d'inattendu se produit, nous le savons rapidement", estime-t-il.

La centrale de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, a été visée par plusieurs frappes ces dernières semaines, dont Kiev et Moscou se rejettent la responsabilité.