This content is not available in your region

Ukraine : contre-offensive ukrainienne et progression russe dans le Donbass

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Sasha Vakulina
Sasha Vakulina   -   Tous droits réservés  Euronews

La contre-offensive ukrainienne dégrade de manière tangible les capacités logistiques et administratives russes dans le sud de l'Ukraine occupée. C’est ce qu’indique l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW) qui ajoute que les troupes ukrainiennes effectuent des frappes de précision sur des sites concentrant main d’œuvre et équipements, sur des centres de commandement et sur des centres logistiques.

Les responsables militaires ukrainiens gardent le silence concernant la progression de la contre-offensive mais ont fait état de nouvelles destructions de lignes de communication terrestres russes dans la région centrale de Kherson. Moscou a démenti ces informations, affirmant au contraire que Kyiv avait perdu le contrôle de l'ensemble du territoire de cette région.

Malgré ses efforts pour contenir les récentes actions offensives ukrainiennes, la priorité de l’armée russe reste son opération dans le Donbass.

Ses principaux axes de progression se situent à Avdiivka près de la ville de Donetsk et, à 60 km au nord, autour de Bakhmout, selon le Ministère britannique de la Défense.

Les forces russes ont mené des attaques terrestres à l'est de Siversk, au nord-est et au sud de Bakhmout, et le long de la périphérie nord-ouest de la ville de Donetsk.

Selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre, le Kremlin a fait un pas de plus vers l'utilisation de bataillons de volontaires régionaux pour remplacer les pertes en Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a publiquement fait l'éloge de ces bataillons, contrôlés par les séparatistes, en déclarant qu'ils se battent mieux que les soldats russes professionnels dans le Donbass.

Selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre, cette démarche est destinée à motiver le recrutement de volontaires et à recadrer la couverture russe de la guerre.