Fusillade dans une école en Russie : au moins 17 morts, dont 11 enfants

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Des personnes se rassemblent devant l'école pour rendre hommage aux victimes de la fusillade
Des personnes se rassemblent devant l'école pour rendre hommage aux victimes de la fusillade   -   Tous droits réservés  Sergei Kuztsov/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Ces images bouleversantes proviennent de Russie, ces élèves fuient leur école qui est attaquée.

Un homme armé a ouvert le feu dans une école du centre de la Russie, lundi, tuant 17 personnes, dont 11 enfants. Le président russe Vladimir Poutine a qualifié l'attaque d"attentat terroriste inhumain".

La jeune collégienne Katya Stepanova fait partie des survivants, elle s'est cachée sous son bureau lorsque l'assaillant a commencé à tirer.

"Nous étions cachés sous nos bureaux. Tout le monde tremblait de peur", dit-elle. 

Un ancien élève de l'école

Le suspect, qui s'est suicidé selon les enquêteurs, portait un pull "noir à la symbolique nazie et une cagoule". Il s'agit d'un ancien élève de cette école, Artiom K., né en 1988, ont-ils précisé dans un communiqué séparé.

"On vérifie s'il était adepte des positions néo-fascistes et de l'idéologie nazie", selon la même source.

Les enquêteurs ont également publié une vidéo montrant le corps d'un individu allongé sur le sol, du sang autour du crâne et vêtu d'un pull noir sur lequel figurait une croix gammée rouge.

"Les policiers ont retrouvé le corps de l'homme qui a ouvert le feu. Selon nos informations, il s'est suicidé", avait indiqué de son côté le ministère russe de l'Intérieur.

Les faits se sont déroulés dans la matinée dans l'école n°88 de cette ville située juste à l'ouest du massif de l'Oural, chaîne montagneuse qui sépare la Russie européenne et asiatique. Cette cité abrite toujours les usines fabriquant les fusils d'assaut Kalachnikov.

Selon le gouverneur de la région, Alexandre Bretchalov, l'assaillant a tué le garde avant d'ouvrir le feu à l'intérieur de l'école.

Une enquête pour "meurtre" et "port illégal d'armes" a été ouverte.

Climat tendu

La fusillade de lundi intervient dans un climat tendu dans de nombreuses régions de Russie, sur fond de mobilisation militaire de centaines de milliers de réservistes pour l'offensive russe en Ukraine.

Lundi également, un homme a ouvert le feu dans un centre de recrutement de l'armée russe en Sibérie, blessant grièvement un militaire qui y travaillait.

Autrefois rarissimes, les fusillades mortelles, notamment dans des écoles, ont tendance à devenir plus fréquentes en Russie depuis quelques années, au point que le président Vladimir Poutine s'en est alarmé, y voyant un phénomène importé des États-Unis et un effet pervers de la mondialisation, ce qui l'a conduit à durcir la législation sur le port d'armes.

En avril, un homme avait ouvert le feu dans une école maternelle et tué deux enfants ainsi qu'une institutrice, avant de se suicider, dans la région d'Oulianovsk, également dans le centre de la Russie.

La fusillade la plus meurtrière remonte à octobre 2018, quand un lycéen avait tué 19 personnes avant de se donner la mort dans un lycée de Kertch, dans la péninsule annexée de Crimée.

Ijevsk, ville de près de 650 000 habitants, est la capitale de la république d'Oudmourtie dans le centre du pays.

C'est dans cette ville industrielle et longtemps fermée aux étrangers sous l'ère communiste que Mikhaïl Kalachnikov a mis au point en 1947 son premier "AK-47", devenu depuis mondialement célèbre.