Un gazoduc stratégique inauguré en Pologne

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le Premier ministre polonais, la Première ministre danoise, et le président polonais participent à une cérémonie d'ouverture du Baltic Pipe à Budno, Pologne.
Le Premier ministre polonais, la Première ministre danoise, et le président polonais participent à une cérémonie d'ouverture du Baltic Pipe à Budno, Pologne.   -   Tous droits réservés  Stringer/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

C’est un gazoduc stratégique inauguré en grande pompe par la Pologne, la Norvège et le Danemark. Une étape cruciale dans la volonté de sevrer Varsovie, et l’Europe du gaz russe.

Ce gazoduc, le Baltic Pipe, est une pièce maitresse pour la Pologne. Le pays a été coupé de l’approvisionnement en gaz par la Russie, depuis avril.

"Nous entrons aujourd'hui dans une nouvelle ère, une ère de souveraineté énergétique, de liberté énergétique et de sécurité renforcée, de sécurité énergétique, mais aussi de sécurité au sens large du terme".
Mateusz Morawiecki
Premier ministre polonais
"Cet achèvement intervient au moment de la guerre brutale de la Russie contre l'Ukraine et de la manipulation de l'approvisionnement en gaz par la Russie pour déstabiliser notre marché de l'énergie et nos économies. Ainsi, aujourd'hui, nous, en Europe, envoyons ensemble un message puissant que la Russie ne réussira pas. "
Ditte Juul Jorgensen
Directrice générale de la DG Énergie à la Commission Européenne

Le gazoduc transportera du gaz naturel de la Norvège vers la Pologne, à travers la mer Baltique. Initialement prévu pour être complètement opérationnel 1er janvier, le Baltic Pipe devrait tourner à plein régime dès fin novembre, et même commencer à livrer du gaz dès le 1er octobre.

L’an dernier, le gaz russe représentait encore presque la moitié de la consommation polonaise. Avec ce nouveau gazoduc, la Pologne retrouvera des livraisons équivalentes, d’ici 2024.

Resté pendant des années à l’état de projet, la réalisation du Baltic Pipe a été rendu possible par un financement de l’Union Européenne, à hauteur de 215 millions d’euros.