Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La droite revient au pouvoir en Suède, poussée par l'extrême-droite

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
Le futur Premier ministre suédois, Ulf Kristersson
Le futur Premier ministre suédois, Ulf Kristersson   -   Tous droits réservés  Diritti d'autore Fredrik Sandberg/AP   -  

Après huit ans, la droite revient au pouvoir en Suède. Mais avec un partenaire controversé, le parti d'extrême droite "les Démocrates de Suède", grands vainqueurs des élections de septembre. Le chef du parti conservateur, Ulf Kristersson, devrait vraisemblablement être désigné Premier ministre lundi _:"_Ce gouvernement va travailler en étroite collaboration avec les Démocrates suédois au Parlement, a déclaré Ulf Kristersson, leader du parti modéré. Les Démocrates suédois auront leur propre bureau de liaison avec les responsables politiques du gouvernement."

Si elle n'entre pas au gouvernement l'extrême-droite est malgré tout la deuxième force du pays. Au programme de la nouvelle politique de la droite suédoise, plus de nucléaire, et moins d'immigration :

"Pour nous, il est absolument décisif qu'un changement de pouvoir doit etre accompagné d'un changement de paradigme en matière de politique d'immigration, a martelé Jimmie Akesson, leader des Démocrates suédois. Pour moi, il ne fait aucun doute que cet accord signifie justement cela - un changement de paradigme".

Reste à savoir si cette coalition formée dans la douleur par plusieurs partis de droite aux conceptions différentes arrivera à diriger le pays. Elle dispose de 176 députés au Parlement, face à l'opposition qui en compte 173. Une opposition qui se tient en embuscade, espérant une implosion de la droite.