PUBLICITÉ

Suède : accord pour un gouvernement de droite, avec l'appui de l'extrême droite

De gauche à droite : Jimmie Åkesson (Parti démocrate suédois) Ulf Kristersson (Parti modéré), Ebba Busch (chrétiens-démocrates) et Johan Pehrson (Parti libéral) - 14.10.2022
De gauche à droite : Jimmie Åkesson (Parti démocrate suédois) Ulf Kristersson (Parti modéré), Ebba Busch (chrétiens-démocrates) et Johan Pehrson (Parti libéral) - 14.10.2022 Tous droits réservés Jessica Gow/AP
Tous droits réservés Jessica Gow/AP
Par Euronews & AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'accord a été trouvé avec l'appui inédit de l'extrême droite.

PUBLICITÉ

Les trois partis de la droite suédoise se sont mis d'accord pour former un gouvernement, avec l'appui inédit de l'extrême droite des Démocrates de Suède (SD) au Parlement, a annoncé ce vendredi le Premier ministre pressenti Ulf Kristersson.

"Les Modérés (conservateurs), les Chrétiens-Démocrates et les Libéraux vont former un gouvernement et coopérer avec les Démocrates de Suède au Parlement", a déclaré Ulf Kristersson le chef du parti conservateur des Modérés, lors d'une conférence de presse. Un vote pour le désigner Premier ministre doit avoir lieu lundi.

Jamais jusqu'à présent la droite suédoise n'avait accepté de gouverner avec l'appui des Démocrates de Suède au Riksdag.

M. Kristersson avait été chargé officiellement de former un gouvernement le 19 septembre dernier. Les négociations ont pris plus de temps qu'attendu.

Le 11 septembre dernier, le parti d'extrême SD été sorti grand vainqueur des élections législatives en remportant 20,5% devenant ainsi la plus grande force de la nouvelle majorité, avec 73 sièges.

En y ajoutant les Modérés (68 fauteuils), les Chrétiens-démocrates (19) et les Libéraux (16), la "constellation" des droites compte à présent une majorité absolue de 176 sièges, contre 173 pour l'opposition.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nationalisme, populisme : vers la fin du centrisme en Europe ?

Allemagne : démantèlement d'un réseau d'extrême droite qui voulait attaquer le Parlement

Elections législatives en Suède: la gauche au coude à coude avec l'extrême-droite