EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Iran : huit prisonniers sont morts dans l'incendie de la prison Evin

L'incendie de la prison Evin, célèbre pour retenir de nombreux opposants politiques et des binationaux.
L'incendie de la prison Evin, célèbre pour retenir de nombreux opposants politiques et des binationaux. Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les circonstances du départ de feu restent floues. Les autorités iraniennes accusent les prisonniers. Des vidéos diffusées sur le web laissent entendre de nombreux coups de feu, et des cris d'opposition au leader du pays.

PUBLICITÉ

Au moins huit prisonniers sont morts dans l'incendie de la prison Evin de Téhéran ce weekend. D'après l'autorité judiciaires, quatre d'entre ont succombé à leurs blessures à l'hôpital.

Ce qui s'est passé samedi soir dans la prison d'Evin, qui contient des prisonniers condamnés pour des crimes comme des prisonniers politiques,  n'est pas encore totalement clair.

Dans certaines vidéos publiées en ligne, on peut entendre des coups de feu et une personne crier "mort au dictateur". Les autorités de accusent les détenus d'avoir mis le feu à un entrepôt de vêtements.

D'après des images satellites étudiées par The Associated Press, le feu se serait déclaré dans la partie nord de la prison d'Evin.

Les autorités affirment que les victimes sont uniquement des personnes condamnées pour vol, et pas des prisonniers politiques

Une affirmation remise en question par l'avocat des droits humains Mustafa Nili, cité par le journal réformiste Etemad. Celui-ci a identifié une des zones touchées comme le quartier pénitentiaire 8, qui contient des prisonniers politiques. 

Un lieu symbolique

La prison d'Evin a été accusée par des groupes de défense des droits d'infliger des mauvais traitements aux détenus.

L'établissement est connu depuis longtemps pour détenir des prisonniers politiques ainsi que des personnes ayant des liens avec l'Occident qui ont été utilisées par l'Iran comme monnaie d'échange dans les négociations internationales. Le réalisateur iranien Jafar Panahi, lauréat du prix spécial de la Mostra de Venise se trouverait par exemple dans cette prison.

Plusieurs pays dont la France ont d'ailleurs demandé la libération de leurs ressortissants, des suites de l'incendie.

Un contexte de tensions extrêmes

L'incendie de la prison d'Evin intervient alors que la vague de protestation en Iran entame sa cinquième semaine.

D'après un rapport récent de l'ONG Iran Human Rights, plus de 215 manifestants, dont 27 enfants ont perdu la vie dans la répression depuis la mort de Mahsa Amini à la mi-septembre.

Plus de 40 associations ont appelé l'ONU à enquêter d'urgence sur les atteintes aux droits humains dans le pays.

L'Union européenne a par ailleurs condamné l'usage de la force contre des manifestants pacifiques et a mis en place des sanctions contre 11 membres de la police des mœurs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un militant d'extrême droite parmi les six blessés lors d'une attaque au couteau à Mannheim

Journée “prisons mortes” en France suite à l'attaque d'un fourgon pénitentiaire

France : évasion meurtrière dans l'Eure