Quels sont les salaires et les patrimoines des dirigeants européens ?

Le président français, Emmanuel Macron, lors du défilé du 14 juillet 2022 à Paris (France).
Le président français, Emmanuel Macron, lors du défilé du 14 juillet 2022 à Paris (France). Tous droits réservés MICHEL EULER/AFP or licensors
Par Maxime Bayce
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Avec l'arrivée de Rishi Sunak à Downing Street, c'est un multimillionnaire qui prend les rênes du Royaume-Uni. Euronews fait le point sur les rémunérations et les patrimoines des responsables politiques européens.

PUBLICITÉ

Depuis la désignation de Rishi Sunak au poste de Premier ministre britannique, son patrimoine fait la une des médias. Selon la presse britannique, l’ancien banquier d’affaires de 42 ans serait à la tête d’une fortune colossale, 730 millions de livres sterling soit 840 millions d’euros, devenant ainsi le plus riche locataire du 10 Downing Street. Mais quels sont les patrimoines et les salaires des responsables politiques à travers l'Union européenne ? Euronews fait le point.

France

Quel est le patrimoine du président de la République ? En France, la question est toujours sensible. En 2013, la création de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, à la suite de l’Affaire Cahuzac, devait faire souffler un vent nouveau. Lors des présidentielles de 2017 et 2022, tous les candidats ont ainsi dû rendre publique leur déclaration de patrimoine, dont Emmanuel Macron le président sortant. Selon ce document, il détiendrait un patrimoine de 552 000 euros, une fois les dettes retirées. Un montant, jugé peu réaliste par certains d’observateurs, qui avait suscité la polémique au printemps dernier. 

Allemagne

En Allemagne, le patrimoine du Chancelier n’est pas une donnée publique, en revanche son salaire relève de la loi. Elle prévoit que le chef du gouvernement perçoive environ 25 000 euros par mois de salaire.

Dans le cas d’Olaf Scholz, à cela s’ajoute une part de son salaire de membre du Bundestag, soit un peu plus de 5 000 euros mensuels. Contacté par le journal le Spiegel, le gouvernement fédéral a confirmé une rémunération mensuelle de 30 189,81 euros par mois. En 2020, alors ministre des Finances du gouvernement Merkel, interrogé sur son salaire d’un peu plus de 15 000 euros, il avait estimé ne "pas être riche".

Espagne

En Epsagne, le Premier ministre n’est pas la personne la mieux payée au sein de la classe politique. Selon les données publiques, compilées par le journal El Pais, Pedro Sanchez va gagner 86 542 euros brut en 2022, soit un peu plus de 7 000 euros par mois. En raison de l’inflation, son salaire devrait passer à un peu plus de 90 000 euros brut d’ici l’année prochaine. 

JOHN THYS/AFP or licensors
Pedro Sanchez, Premier ministre espagnol, le 20 octobre 2022, à Bruxelles (Belgique).JOHN THYS/AFP or licensors

Mais même en étant augmenté, Pedro Sanchez reste bien en deçà de la rémunération de la patronne de la région de Madrid, Isabel Diaz-Ayuso. La figure montante de la droite espagnole émarge, selon El Pais, à plus de 103 000 euros annuels brut. Les présidents des communautés autonomes basque, catalane et aragonaise figurent également dans le haut du classement.

Italie

Dernière arrivée sur la scène européenne, Giorgia Meloni, la nouvelle présidente du Conseil italien, percevra environ 80 000 euros net par an, soit 6 700 euros par mois comme la loi le prévoit. Assez peu lorsque l'on sait qu'un député italien peut gagner plus de 18 000 euros brut par mois, toutes primes comprises et un sénateur autour de 17 000 euros. 

Son prédécesseur au Palais Chigi, Mario Draghi, avait lui renoncé à sa rémunération sans donner d'explications. En tant qu’ancien directeur de la Banque centrale européenne et gouverneur de la Banque d’Italie, Mario Draghi avait déclaré plus de 580 000 euros de revenus en 2019, avant sa prise de fonction.

Grèce

Pour l’année fiscale 2020, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré un peu plus de 77 000 euros de revenus, la plus grande partie provenant de son indemnité de chef du gouvernement. Il a également fait part d'une rentrée d’argent à hauteur de 1 800 euros issue de revenus agricoles...En Grèce, chaque année, les responsables politiques sont légalement tenus de publier leurs revenus.

Portugal

Au Portugal également, les membres du gouvernement doivent déclarer leur patrimoine, financier et immobilier (Declaração de rendimentos e património - ndlr). Selon la dernière version, Antonio Costa a touché, en 2021, un revenu brut d’un peu plus de 116 000 euros. Beaucoup moins que son quasi-homonyme et ministre de l’Economie, Antonio Costa e Silva, qui s’approche des 400 000 euros de revenus brut et un million d’euros de patrimoine. Le Premier ministre possède également cinq maisons dont une à Goa en Inde (ancienne colonie portugaise dont sa famille est issue) et l’autre dans l’Algarve. 

JOE KLAMAR/AFP or licensors
Le Premier ministre portugais, Antonio Costa, le 6 octobre 2022 à Prague (République tchèque).JOE KLAMAR/AFP or licensors

Tout en bas de l’échelle, le nouveau ministre de la Culture, nommé en mars 2022, Pedro Adão e Silva, a déclaré 33 480 euros de revenus en 2021. Il était encore professeur à l’université.

Belgique

En pleine polémique sur le salaire des ministres, le premier d’entre eux, Alexander De Croo, a livré publiquement le sien lors d’une interview à la radio RTL : 20 800 euros par mois. Rémunération qui comprend l’ensemble des primes et des avantages en nature. Un peu plus tôt, Mathieu Michel, secrétaire d’Etat dans le gouvernement De Croo avait révélé, non sans gêne, son salaire situé entre 14 000 et 15 000 net par mois.

Le chef du gouvernement vient d'annoncer une baisse de 8% des salaires des ministres. En Belgique l’inflation a atteint les 11% et selon un récent sondage, une majorité de Belges ont peur de ne pas pouvoir payer leurs factures d’énergie cet hiver.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : Rishi Sunak officiellement Premier ministre

Qui est Rishi Sunak, le nouveau Premier ministre du Royaume-Uni ?

Les dirigeants de l'UE se mobilisent contre l'attaque de l'Iran contre Israël